Hooton

La belle histoire du "capitaine" Hooton

Texarkana, Arkansas, 17 avril 1897.
On signale depuis des mois un mystérieux vaisseau aérien, et voila que des enfants qui jouaient dehors, l'aperçoivent dans le ciel du soir. Ils se dépéchèrent de prévenir leur père M. J.F. Floyd. Celui-ci décrivit son observation au journal local, le Daily Texarkanian. L'objet ressemblait à une grosse boule de feu se déplaçant à une vitesse effrayante, mais M. Floyd fut incapable de donner davantage de précisions.

On allait bientôt en avoir des précisions. Quelques jours après, le capitaine Jim (ou James) Hooton, qui n'était pas militaire, mais conducteur de locomotives à la Iron Mountain Railroad, raconta à l'Arkansas Gazette qu'il avait rencontré le vaisseau aérien dans un bois, en chassant près de Homan, Miller County. (1)

Le récit du "capitaine" Hooton, est tellement vivant et circonstancié qu'on s'y croirait:

Of course I saw the airship. There is no doubt in the world about it and you will be safe in banking on what I tell you. It came about in this way.
Bien sûr que j'ai vu le vaisseau aérien. Il n'y a aucun doute au monde là dessus, et vous n'aurez pas de problème en comptant sur ce que je vous dit. C'est arrivé de cette façon.

I had gone down to Texarkana to bring back a special, and knowing that I would have some eight to ten hours to spare at Texarkana, I went to Homan to do a little hunting. It was about 3 o’clock in the afternoon when I reached that place. The sport was good, and before I knew it, it was after 6 o’clock when I started to make my way back toward the railroad station. As I was tramping through the bush my attention was attracted by a familiar sound, a sound for all the world like the working of an air pump on a locomotive.
I went at once in the direction of the sound, and there in an open space of some five or six acres, I saw the object making the noise. To say that I was astonished would but feebly express my feelings. I decided at once that this was the famous airship seen by so many people about the country.

J'étais descendu à Texarkana pour ramener un train spécial, et sachant que j'avais quelque huit à dix heures à passer à Texarkana, je suis allé à Homan pour faire un peu de chasse. Il était environ 3 heures de l'après-midi quand j'y suis arrivé. La chasse fut bonne, et autant que je le sache, c'est passé 6 heures, que je commençais à retourner vers la gare. Comme je cheminais à travers les broussailes mon attention fut attirée par un bruit familier, un bruit que tout le monde comparerait au fonctionnement d'une pompe à air sur une locomotive.
Je suis allé tout de suite dans la direction du son, et là, dans un espace ouvert de cinq ou six acres, j'ai vu l'objet qui faisait ce bruit. Dire que je fus étonné ne serait qu'exprimer faiblement mes sentiments. Je décidai immédiatement que c'était le fameux vaisseau aérien vu par tant de gens dans le pays.


There was a medium-sized looking man aboard and I noticed that he was wearing smoked glasses. He was tinkering around what seemed to be the back end of the ship, and as I approached I was too dumbfounded to speak. He looked at me in surprise, and said : ‘ Good day, sir; good day.‘ I asked: ‘Is this the airship? ’ and he replied : ‘ Yes, sir’, whereupon three or four other men came out of what was apparently the keel of the ship.
A close examination showed that the keel was divided into two parts terminating in from like the sharp edge of a knife-like edge, while the sides of the ship bulged gradually toward the the middle, and then receded. There were three large wheels upon each side made of some bending metal and arranged so that they became concave as they moved forward.

Il y avait un homme semblant de taille moyenne à bord et je remarquai qu'il portait des lunettes fumées. Il était en train de bricoler autour de ce qui semblait être l'extrémité arrière du navire, et comme je m' approchai, j'était trop abasourdi pour parler. Il me regarda avec surprise, et dit: 'Bonjour. Monsieur; bonjour.' J'ai demandé: 'Est-ce le vaisseau aérien?' Et il a répondu: ' Oui, Monsieur', après quoi trois ou quatre autres hommes sont sortis de ce qui était apparemment la quille du navire.
Un examen attentif montrait que la quille était divisée en deux parties se terminant comme le tranchant d'un bord de couteau, tandis que les côtés du navire se bombaient progressivement vers le milieu, puis reculaient. Il y avait trois grandes roues sur chaque côté, en métal courbé, et disposées de sorte qu'elles deviennent concaves en se déplaçant vers l'avant.


‘I beg your pardon, sir,’ I said. ‘the noise sounds a good deal like a Westinghouse air brake.’
'Perhaps it does, my friend; we are using condensed air and aeroplanes, but you will know more later on.'
‘All ready, sir,’ some one called out, when the party all disappeared below. I observed that just in front of each wheel a two-inch tube began to spurt air on the wheels and they commenced revolving. The ship gradually arose with a hissing sound. The aeroplanes suddenly sprang forward, turning their sharp ends skyward, then the rudders at the end of the ship began to veer to one side and the wheels revolved so fast that one could scarcely see the blades. In less time than it takes to tell you, the ship had gone out of sight.

Je vous demande pardon, monsieur, dis-je. 'Le bruit ressemble bien à celui d'un un frein à air comprimé Westinghouse.'
'Peut-être, mon ami; nous utilisons de l'air comprimé et des ailes, mais vous en saurez davantage plus tard.'
'Tout est prêt, monsieur, cria quelqu'un, quand tout le monde eut disparu dessous. Je remarquai que juste en face de chaque roue un tube de deux pouces commenca à cracher de l'air sur les roues et elles commencèrent a tourner. Le navire s'éleva progressivement avec un bruit de sifflement. Les ailes jaillirent brusquement en avant, tournant leurs extrémités pointues vers le ciel, alors les gouvernails à la fin du navire commencèrent à virer d'un côté et les roues tournèrent si vite que l'on pouvait à peine voir les lames. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, le navire partit hors de vue.


airship
le dessin publié par l'Arkansas gazette
This drawing I have made you is the best I can do under the circumstances. I consider I was fortunate in seeing the ship. You may add that she pumped while standing still like the air pump of an engine. One particular feature I remember is that what I would call the cowcatcher was sharp as the blade of a knife and almost as pointed as a needle. There was no bell or bell rope about the ship that I could discover, like I should think every well regulated air locomotive should have.
Ce dessin que je vous ai fait est le mieux que je puisse faire dans ces circonstances. Je considère que j'ai eu la chance de voir le navire. Vous pouvez ajouter qu'il pompait tout en restant immobile comme la pompe à air d'une machine. Une caractéristique particulière dont je me souviens est que ce que je j'appellerais le chasse-bestiau était tranchant comme la lame d'un couteau et presque aussi pointu qu'une aiguille. Il n'y avait pas de cloche ou de corde de cloche que je puisse découvrir sur le navire, comme je pense que chaque locomotive aérienne bien réglementé devrait avoir. (2)

On peut s'étonner de la précision du récit du "capitaine" Hooton. On peut s'étonner encore plus de la précision de son dessin, mais vu cette précision, on peut admettre que les proportions sont à peu près respectées.
Cette précision a d'ailleurs permis de tenter des reconstitutions de l'engin, en dessins d'artiste, et même en maquette. Admirons cette splendide maquette de Jean Giraud: N'aurait on pas envie d'y croire, de monter dans l'engin?

Giraud

Cependant, en nous aidant à mieux examiner l'engin, cette maquette nous aide à voir ce qui condamne cette histoire: Ces roues sont absurdes, disposées comme elles sont, elles ne peuvent brasser l'air pour assurer la propulsion, elles feraient plutôt penser à des roues de locomotive, et ce curieux dome à trois étages, sur le dessin original, à quoi sert il? Et pourquoi cette référence au chasse-bestiau des locomotives, et pourquoi cette autre au frein Westinghouse?
C'est que tous ces éléments se trouvent sur une locomotive, et justement le "capitaine" Hooton était conducteur de locomotive. Voici le modèle de locomotive qu'il conduisait à la Iron Mountain Railroad:

Giraud

Notons l'aspect cylindrique, les grandes roues à rayon, le dome à trois étages, près de la cabine. Le "capitaine" Hooton aurait il vu une locomotive volante? Ne s'étonne-t-il pas de l'absence de cloche sur cette locomotive aérienne?

Cet engin pouvait il réellement voler?
En l'examinant bien, nous remarquons:

- La "quille", qui est en fait l'habitacle, pouvant emporter quatre ou cing personnes, d'après le récit

- Le corps central, cylindrique, analogue à celui d'un classique dirigeable, mais proportionnelement plus petit par rapport à l'habitacle.

- Les roues, qui, au mieux, agissent comme des roues à aubes, à géométrie variable, au pire sont carénées et ne peuvent servir à rien d'autre qu'à imiter une locomotive. Si ce sont des roues à aube ce n'est surement pas ce qui se fait de mieux pour faire avancer un engin volant, d'autant qu'elles seraient mues par un jet d'air comprimé, qui serait tout aussi bien employé à se détendre vers l'arrière

- Les gouvernails, en forme de nageoires, qui rappellent les gouvernails des navires de la haute antiquité.

- Le dome à trois étages, qui semble là pour rappeler que le prétendu témoin est conducteur de locomotive.

- Enfin les plans supérieurs, sortes d'ailes, qui pourraient concourir à la montée où la descente de l'appareil, pourvu qu'il se déplace.

La précision du dessin nous permet d'établir les proportions de l'engin.
La longueur totale est 5.8 fois le diamètre du corps central, la longueur de la partie cylindrique de 4 fois son diamètre, le diamètre des roues est 77% de ce diamètre, et la hauteur de l'habitacle en est la moitié.
Puisque le ballon qui soutient l'engin est assimilable à un cylindre, logé dans le corps central, et qu'il est probablement, comme les ballons de l'époque, rempli de gaz d'éclairage, dont la densité par rapport à l'air est de 0.319, assurant une poussée d'arhimède de 0.817 kg/m3, nous pouvons calculer la poussée d'Archimède globale, en fonction du diamètre du corps central. Sachant que l'habitacle doit faire au minimum deux mètres de haut, nous pouvons dresser le tableau suivant.

diamètre corpshabitaclelongueur totalevolume de gazdiamètre rouespoussée
4 m2 m23 m201 m33.1 m164 kg
5 m2.5 m29 m393 m33.8 m321 kg
6 m3 m35m679 m34.6 m554 kg
7 m3.5 m41m1077 m35.4 m880 kg

Nous savons que l'engin doit pouvoir emporter quatre ou cinq hommes, pesant globalement plus de 320 kg, donc, les deux premières lignes ne peuvent convenir.

Un ballon de 35 m, correspondrait assez bien à ce qui se fabriquait à l'époque, mais il resterait à peine 200 kg pour le poids total de l'engin.

Un ballon de 41 m conviendrait mieux, mais il faut se rappeler que, à section constante des membrures, le poids de l'engin croit comme le carré de ses dimensions. Ici il nous faut compter le poids de la structure, le poids de six roues de 5.4 m en métal courbé, et le poids de la machinerie, alors qu'il ne nous reste qu'environ 500 kg.

Bien sûr, le poids des passagers restant constant, celui de la strucure variant comme le carré de la dimension, mais la poussée d'Archimède comme le cube, puisque proportionnelle au volume, on pourra toujours trouver que pour un engin suffisamment gigantesque, la poussée d'Archimède convient. L'engin ayant été observé dans un espace dégagé d'environ 2 hectares (5 ou 6 acres), un engin grand comme un paquebot aurait bien pu s'y poser, mais le capitaine Hooton, dont le récit est précis, l'aurait surement mentionné. Par ailleurs l'habitacle conviendrait à des passagers gigantesques, alors que le capitaine Hooton parle bien d'un homme de taille moyenne.

Manifestement, pour des dimensions vraisemblables, le volume de gaz est insuffisant et comme les roues ne semblent pas fonctionnelles, il est clair que l'appareil ne peut ni s'élever, ni avancer, et que dans ces conditions, ailes et gouvernails ne servent à rien non plus.

Par ailleurs, nous ne savons rien de la motorisation de l'engin, dont notre conducteur de locomotives ne dit pas un mot. Il dit simplement qu'il y a de l'air comprimé et une pompe à air, mais qu'est ce qui fait fonctionner cette pompe? Peut être est il évident pour lui que c'est une machine à vapeur. Mais, connaissant le rapport poids/puissance d'une machine à vapeur, cela rendrait son histoire encore moins crédible.

Cependant, les différents éléments de l'engin, pris un à un, sont crédibles pour un lecteur de l'époque, qui a déja entendu parler d'air comprimé, et d'aéroplane, mais qui n'a encore vu, ni avion, ni hélicoptère, ni dirigeable, tout comme, d'ailleurs, le "capitaine" Hooton.

Mais en réalité, l'engin décrit aurait été bien en peine de décoller, et encore plus de disparaitre en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Le capitaine" Hooton, nous a donc raconté là une bien belle histoire, qu'il a soigneusement situé dans un endroit désert, pour être sûr de ne pas être contredit.

Conclusion: L'histoire du "capitaine" Hooton, est un splendide canular, qui a néanmoins fait rêver beaucoup d'ufologues.

1) UFOs and Arkansas d'après le Daily Texarkanian et l'Arkansas Gazette
2) Jerome Clark, The Strange case of the 1897 airship, Flying Saucer Review, vol. 16 n° 4, p 14, d'après l'Arkansas Gazette

Hooton

Dernière mise à jour: 08/07/2016

Accueil Paranormal OVNI Canulars