poisson

Le magistral Canular du voyage en airship à Honolulu

San José, Californie, 1 décembre 1896.
On apprend par un journal local, une histoire absolument fantastique: Non seulement un électricien de la ville a vu de près cet airship dont tout le monde parle en ne l'ayant vu que de loin et de nuit, mais en plus il a voyagé dedans!
Et quel voyage: A Honolulu et retour en moins de 24 H!. Simbad le marin peut aller se rhabiller!

DID YOU SEE IT
-----
That Airship Floating among Hawaï Zephyrs
-----
ON BEAUTIFUL OUTING TRIP
-----
'Twas " On to Honolulu or Bust."

-----
And It Busted Like All of San Francisco's Most Choice Yarns.
-----
  SAN JOSE, CAL., Dec 1.- "There is nothing gives a man such spirits," wrote Byron in "Don Juan," "leavening his blood as cayenne doth a curry, as going at full speed." There must be something it it, after all, for even now, three days subsequent to his return, Mr. J. A. Horen sparkles with such life as even his most intimate friends knew not that be could manifest.

  His return from Honolulu, that is to say. As the bird flies, the Hawaiian capital is more than 2,000 miles from San Francisco, and as Mr. Horen is a busy man and couldn't afford to while away much of his time voyaging to and from the Summerland of the far Pacific, he got aboard one of the 587 airships floating hither and thither out here in the West, made the round trip in 24 hours, and is feeling very nicely, thank you.
  Mr. Horen is chief electrician of the San Jose Electric Improvement Company, and is well known as an expert in his line. If it be wondered how he came to be the guest of the inventor of the airship in which he flew away as on the wings of a dove - for as such a guest he traveled - let it be known that he is an inventor on his own account. It Is all very clear, as he explains it. A sparking apparatus patented by him was purchased by the airship man for use on a gas engine. The contrivance declined to work properly, so the San Francisco firm that had sold it sent a messenger to Horen telling him "a mining man" who had bought a gas engine had experienced trouble with the sparking attachment, and offering $50 to go and "fix the thing."


  Last Friday, according to Horen, he journeyed to San Francisco, where he met the "mining man," who proved to be 40 or 45 years of age and of heavy build. He didn't look a bit like the inventor Gen. Hart has introduced, nor did he move about in an atmosphere of somberness and pain that brought up thoughts of Cuba. On the contrary, he was talkative and jovial and argued strongly in favor of peaceful settlement of International disputes.
  Nevertheless, there were two points in common between him and Gen. Hart's anknown - both had dark eyes and both declined positively to give either name or address.
  The stranger took Mr. Horen to a train, and they slow-coached it for about 50 miles northeast of the metropolis. Then they traveled on horseback to a lonely spot, "Where the sacred owl, on pinions gray, Breaks from the rustling boughs.
  The destination was reached about nightfall. Greatly to his surprise the electrician from San Jose found himself in front of a structure which he afterwards found to be 163 feet in length, 52 feet wide and 23 feet high. It was shaped somewhat like one of Mr. Vining's best Market street cars, but its arching sides, which came together at the prow like the bow of a ship, glistened in the semi-darkness and proved to be made of aluminum. Near the bottom was a row of curtained windows, like the windows of a car, and a door with four folding steps. At either end was a propeller, 16 or 20 feet is diameter, and in front was "telescopic apron." whatever that may be, "which could be adjusted to raise or lower the great structure on its course."
  "This," said the "mining man," as he struck a match, "this, sir, is my airship."
  "The vessel," Mr. Horen explains, "is steered to right or left by the propellers. On top of the vessel is a bridge, running fore and aft, but I didn't learn what it is used for. Within, the cabin is 10 feet high. The windows seemed made of mica. On each side of the cabin are 15 double seats. Forty tons is the carrying capacity of the ship. The propeller shafts run directly through the vessel, the motive power being supplied by machinery concealed within a box. This box is about 4 1/2 feet high, 5 or 6 feet long and about 5 feet wide. I couldn't say what was in the box, but the motive power seemed to be some sort of gas."
  About 8:15 o'clock, Mr. Horen having worked awhile on the sparking apparatus, and the darkness having grown intense, the inventor called out something which might have been: "What, ho! let the portcullis fall!" and away they flew.
  Within half an hour San Francisco had been left behind.
  At the bow stood the inventor, his hand upon a rudder. Near him were three gauges. One indicated 1,000, another 360, and the third 150. Whether motor pressure or revolutions were thus indicated Mr. Horen could not make out. This may have been due to the dimness of the light, for the cabin was only faintly illuminated. And, by the by, it is a fact somewhat discouraging to those who have repeatedly seen the ship skimming about all brilliant in the heavens that the craft displays no light that could possibly be seen from the earth when she gets above the housetops.
  Mr. Horen states that the ship sped on and on over the sea, and as he was dozing in an early morning nap the inventor shook him by the collar and asked:
  "Do you see those lights down there?"
  "I do," replied the electrician.
  "Well, then." said the inventor, "know that we are immediately above the city of Honolulu."
  "Lord!" exclaimed the man from San Jose. "How I do like airships!"
  They circled about the Hawaiian group until they felt sufficiently refreshed by the balmy climate and then made for California, arriving at their starting point at dusk of Saturday.
  Which was doing pretty well for an airship that was only a beginner.
  Mr. Horen was told by the sky captain that he guessed he wouldn't make any trips for three or four days, because the bearings of stern propeller had heated and new boxing would have to be put in.
  But by Sunday, the captain thought, everything would be in trim for a neat little pleasure jaunt, and Mr. Horen was invited to take a day off and run over to New lork. He says he accepted the offer, inasmuch as he could take a turn on Broadway and get back in time to look after his usual Tuesday engagements.
  Today the electrician is having his share of work explaining. He does it with the utmost gravity and says he is willing to make affidavit to all he has said concerning his experience.
  San Jose is puzzled.
-----
MRS. HOREN EXPLAINS.
-----
And the Gas Escapes From Another Airship.
  John A. Horen, the San Jose electrician, who has given certain good people the hope that yet a little while and they could lunch, run up four steps, shut a door, pull a lever, fly over to a soiree at Blenheim Castle and be back for breakfast, has bis home at 249 Stevenson street, in this city.
  His wife, on being told last night of his wonderful tale, laughingly explained that Mr. Horen is a star practical joker and was having some sport at some one's expense.
  She added that at the time the gentleman says he was hovering over Honolulu he was doing some of the soundest sleeping of his life, and not in airship, but in his bedroom, Stevenson street, San Francisco. He came to this city on Friday, remained at his home until Monday and then returned to San Jose.
L'AVEZ VOUS VU
-----
Ce dirigeable flottant parmi les zéphyrs d'Hawaï
-----
DANS CETTE BELLE EXCURSION
-----
C'était" A Honolulu ou crève."

-----
Et il a crevé comme toutes les meilleures histoires à dormir debout de San Francisco.
-----
  SAN JOSE, Cal., 1 Déc.- "Il n'y a rien qui donne à un homme telle ardeur", écrit Byron dans « Don Juan », "excitant son sang comme le cayenne relève un curry, que d'aller à toute vitesse". Il doit y avoir quelque chose, après tout, car pour l'instant, trois jours après son retour, M. J. A. Horen pétille d'une telle vie que même ses amis les plus intimes ne savaient pas ce qui pouvait s'être passé.
  C'est à dire, son retour d'Honolulu. A vol d'oiseau, la capitale Hawaïenne est à plus de 2000 miles de San Francisco, et comme M. Horen est un homme occupé et ne pouvait pas se permettre de passer une grande partie de son temps à voyager vers et depuis le pays estival du lointain Pacifique, il est monté à bord de l'un des 587 dirigeables flottant çà et là ici dans l'Ouest, a fait le voyage aller-retour en 24 heures, et se sent très bien, merci.
  M. Horen est électricien en chef à la Compagnie de perfectionnement électrique de San Jose, et est bien connu comme un expert dans son domaine. Si l'on se demande comment il est venu à être l'invité de l'inventeur du dirigeable dans lequel il a volé comme sur les ailes d'une colombe - car il a voyagé comme un invité - que l'on sache qu'il est inventeur pour son propre compte. C'est très clair, comme il l'explique. Un appareil à étincelles breveté par lui fut acheté par l'homme au dirigeable pour une utilisation sur un moteur à gaz. Le dispositif a refusé de fonctionner correctement, de sorte que le cabinet de San Francisco qui l'avait vendu envoya un messager à Horen lui disant qu'un « un mineur » qui avait acheté un moteur à gaz avait éprouvé des ennuis avec l'accessoire à étincelles, offrant 50 $ pour aller "régler la chose."
  Vendredi dernier, selon Horen, il se rendit à San Francisco, où il rencontra «le mineur" qui lui parut avoir 40 ou 45 ans et être solidement bati. Il n'avait pas l'air du tout de l'inventeur que le général Hart a fait connaitre, et il ne se mouvait pas dans une atmosphère de sombreur et de douleur qu'apportent les pensées de Cuba. Au contraire, il était bavard et jovial et a plaidé avec force en faveur du règlement pacifique des différends internationaux..
  Néanmoins, il y avait deux points communs entre lui et l'inconnu du général Hart - ils avaient tous les deux les yeux noirs et tous les deux déclinaient positivement de donner leurs nomes et leurs adresses.
  L'étranger amena M. Horen à un train, et ils se trainèrent sur environ 50 miles au nord-est de la métropole. Ensuite, ils voyagèrent à cheval, jusqu'à un endroit isolé, "où le hibou , sur ses rémiges grises, interrompt le bruissement des branches."
  La destination fut atteinte vers la nuit tombée. À sa grande surprise l'électricien de San Jose se trouva en face d'une structure dont il trouva ensuite qu'elle avait 163 pieds de long, 52 pieds de large et 23 pieds de haut. Elle avait la forme de quelquechose comme l'un des meilleurs tramways de M. Vining, mais ses côtés arquées, qui était réunis à la proue comme la proue d'un navire, luisait dans la semi-obscurité et semblait être en aluminium. Vers le bas était une rangée de fenêtres à rideaux, comme les vitres d'une voiture, et une porte à quatre vantaux. A chaque extrémité était une hélice, de 16 ou 20 pieds de diamètre, et en face était un "tablier télescopique." quel qu'il soit, "qui pouvait être ajustée pour augmenter ou diminuer la grande structure sur son cours."
  "Ceci", dit le mineur, en frottant une allumette, "ceci, monsieur, est mon dirigeable."
  "Le navire," explique M. Horen, "est dirigé à droite ou à gauche par les hélices. En haut du navire est un pont, reliant avant et arrière, mais je ne sait pas à quoi il sert. A l'intérieur, la cabine a 10 pieds de haut. les fenêtres semblaient faites de mica. De chaque côté de la cabine il y a 15 sièges doubles. le navir peut emporter quarante tonnes. Les arbres de transmission traversent le navire, la puissance motrice étant fournie par la machinerie cachée dans une boîte. Cette boîte a environ 4 ½ pieds de haut, 5 ou 6 de long et environ 5 de large. Je ne saurais dire ce qui était dans la boîte, mais la force motrice semblait être une sorte de gaz."
  Vers 08 H 15, M. Horen ayant travaillé un certain temps sur l'appareil à étincelles, et l'obscurité étant devenue intense, l'inventeur a crié quelque chose comme: « Quoi, ho! laisser tomber la herse!" et ils s'envolèrent au loin.
  En moins d'une demi-heure San Francisco était laissé derrière.
  À la proue se tenait l'inventeur, la main sur un gouvernail. Près de lui étaient trois compteurs. L'un indiquait 1000, un autre 360, et le troisième 150. Qu'ils indiquaient la pression du moteur ou le nombre de tours, M. Horen ne pouvait pas le déduire. C'était peut être dû à la pénombre, car la cabine n'était que faiblement éclairée. Et, en passant, c'est un fait un peu décourageant pour ceux qui ont vu plusieurs fois le navire en vol rasant, tout brillant dans le ciel, que l'engin ne présente aucune lumière qui pourrait être vu de la terre quand elle se fait au-dessus des toits.   M. Horen indique que le navire fonçait au dessus de la mer, et comme il somnolait dans une sieste au petit matin, l'inventeur le secoua par le col et lui demanda:
  "Voyez vous ces lumières, là en bas?"
  "je les vois," répondit l'électricien.
  "Bien, alors." dit l' inventeur, "Apprenez que nous sommes juste au dessus de la ville d'Honolulu."
  "Seigneur!" s'exclama l'homme de San Jose. "comme j'aime les dirigeables!"
  Ils tournèrent autour de l'archipel Hawaiien jusqu'à ce qu'ils se sentissent suffisamment rafraîchis par le climat doux, et fait pour la Californie, arrivant à leur point de départ au crépuscule du samedi.
  Ce qui faisait assez bien pour un dirigeable qui était seulement un débutant.
  Le capitaine aérien a dit à M. Horen qu'il devinait qu'il ne ferait pas de voyages pendant trois ou quatre jours, parce que les paliers de l'hélice arrière avaient chauffé et qu'il fallait mettre un nouveau capot.
  Mais dimanche, le capitaine pensait, que tout serait prêt pour une petite escapade de plaisir, et M. Horen a été invité à prendre un jour de congé et a courir à New Lork. Il dit qu'il a accepté l'offre, dans la mesure où il pouvait faire un tour sur Broadway et revenir à temps pour ses habituels engagements de Mardi.
  Aujourd'hui, l'électricien est en train d'avoir sa part de travail à expliquer. Il le fait avec la plus grande gravité et dit qu'il est prêt à faire un affidavit de tout ce qu'il a dit au sujet de son expérience.
  San José est perplexe.
-----
MME HOREN EXPLIQUE.
-----
Et un autre airship perd son gaz.
  John A. Horen, l'électricien de San Jose, qui a donné au bon peuple l'espoir que, un peu de temps et ils pourraient déjeuner, monter quatre marches, fermer une porte, tirer un levier, s'envoler pour une soirée au château de Blenheim et être de retour pour le petit déjeuner, habite 249 rue Stevenson, dans cette ville.
  Sa femme, en apprenant ce conte merveilleux, expliqua en riant que M. Horen est un farceur vedette et qu'il venait de faire un peu de ce sport aux dépens de quelqu'un.
  Elle ajouta qu'à l'heure où le brave homme dit qu'il survolait Honolulu, il était en train de dormir du plus profond sommeil de sa vie, et pas dans un airship, mais dans sa chambre à coucher, rue Stevenson, à San Francisco. Il vint dans cette ville Vendredi, resta chez lui jusqu'à Lundi, et repartit alors à San José.
Ce récit ayant été révélé le mardi 1 décembre, l'airship serait parti le vendredi 27 novembre à 8 H 15 du soir, pour revenir le samedi 28 au crépuscule, soit vers 5 H du soir, après un vol d'une durée de 20 H 45 mn!

carte
parcours de l'airship

3854 km, soit 7708 km aller et retour! Et ceci en 20 H 45 mn, soit à une vitesse moyenne de 371 km/h! Pas mal pour un airship débutant, sans aérodynamisme.

airship
le dessin publié par les journaux d'Hawaï

Comparons le dessin de cet airship avec celui du projet de Charles A. Smith:

airship

L'engin décrit par John A. Horen a lui aussi un aspect vaguement cylindrique, mais, selon les chiffres donnés, assez aplati. Il est en aluminium, a des fenetres sur le fuselage, et des hélices aux extrémités. Le volume de gaz ne peut dépasser 4000 mètres cubes, et est donc bien incapable de soulever 40 tonnes. Quant aux deux hélices, quoique plus grandes, placées comme elles sont, elles ne sont pas plus fonctionnelles que celle de l'engin de Smith.
Ce dirigeable semble être une simplification encore moins fonctionnelle de l'engin de Smith. Mais rappelons nous que le dessin de l'airship de Smith est paru avant le récit de Horen, et même plusieurs fois, et que Smith était sûr que son engin allait marcher. Il n'y a donc pas loin à aller pour trouver de quoi Horen s'est inspiré.

Nous savons par Mme Horen que cette histoire était un joyeux canular. Convenons que John A. Horen était un merveilleux conteur. Il ménage habilement ce qu'il a pu connaitre, et ce qu'il n'a pas pu, en se gardant bien de décrire la machinerie, cachée sous un grand capot. Techniquement, son histoire est invraisemblable, mais il aurait suffi qu'il ne parle pas de quarante tonnes, qu'il dessine un engin en forme de fuseau, et qu'il l'envoie à Los Angeles plutôt qu'à Honolulu pour que son récit soit encore aujourd'hui admis par quelques fanatiques des géniaux camarades Popov inventeurs cachés.

John A. Horen semble être le premier à avoir raconté un voyage dans un engin fantôme. Rappelons que nous somme dans le cadre de la mythologie technique, et que si avant lui ont été raconté des récits de ravissements magiques, ou encore mystiques, comme celui d'Ezéchiel, ces récits ne concernaient pas des engins.

On serait tenté d'appeler le récit d'Horen: "Inside the airship". De son dirigeable, il a vu les lumières d'Honolulu.
Soixante ans plus tard, George Adamski prétendra avoir voyagé "inside the spaceships". De ce vaisseau spatial, il aurait vu les lumières de l'espace, les "lucioles". Il ignorait probablement qu'il avait eu un précurseur. Surtout, il ignorait que dans un vaisseau spatial, il n'y a pas de pesanteur: Or il raconte s'être assis sur une chaise. John A. Horen, lui, n'a pas eu ce problême.

Sources:
Le texte ci dessus provient des journaux d'Hawaï
- The Pacific commercial advertiser, December 14, 1896, page 1-2
- The Hawaiian gazette, December 15, 1896, page 6

Ces journaux semblent avoir recopié in extenso un article paru le 1 Décembre dans un journal de San José. Tout ce qui est dans cet article n'est pas de John A. Horen, puisque l'allusion aux 587 dirigeables qui sillonnent le ciel californien n'est manifestement qu'une raillerie du journaliste face aux nombreuses observations précédentes.
L'article initial a été repris, et rerepris, dans d'autre journaux en déformant le nom du magistral plaisantin, qui se retrouve orthographié Horan ou Heron.

- Kansas City daily journal, December 02, 1896, page 6
- Rock Island Argus, December 02, 1896, page 6
- The Anaconda standard, December 02, 1896, page 8
- The Topeka state journal, December 02, 1896, page 8
- The Wichita daily eagle, December 02, 1896, page 1
- Morning appeal, December 03, 1896, page 3
- Omaha daily bee, December 03, 1896, page 1
- The Indianapolis journal, December 03, 1896, page 1
- The Saint Paul globe, December 03, 1896, page 1
- Washington standard, December 04, 1896, page 2
- The Coeur d'Alene press, December 05, 1896, page 1
- Arizona weekly journal-miner, December 9, 1896, page 1
- The Ravalli Republican, December 9, 1896, page 1
- The Hawaiian star, December 14, 1896, page 3

poisson

Dernière mise à jour: 20/07/2016

Accueil Paranormal OVNI Canulars