413 avant JC, 28 aout
Grèce, éclipse totale de lune
En réalité: éclipse totale de lune

vers 411 AC, Thucydide décrit une éclipse de lune et la crainte qu'elle inspîra.
Tout était paré : ils allaient partir, quand il se produisit, au moment même de la pleine lune, une éclipse. La plupart des Athéniens pris de scrupules supplièrent les généraux de surseoir au départ. Nicias, qui accordait aux présages et aux faits de cette nature une importance exagérée, déclara qu'il se refusait à toute délibération sur le départ, avant que trois fois neuf jours se fussent écoulés, selon la prescription des devins. Les Athéniens perdirent du temps et cet incident les fit rester.
(Thucydide, liv. VII-I)

vers 100, Plutarque décrit l'ignorance des grecs devant une éclipse de lune.
Or, voilà que pendant la nuit la lune s’éclipse. Soit ignorance, soit superstition, une vive frayeur s’empara de Nicias et de ses soldats, frappés de ce phénomène.
Que la lumière du soleil soit couverte d’ombre vers le trentième jour du mois, la multitude même comprenait bien à peu près que cela était produit par la lune. Mais que la lune elle-même se rencontre avec un corps quelconque, et comment tout à coup, tandis qu’elle brille dans son plein, elle perd sa lumière et se revêt de mille couleurs, c’est ce qu’il n’était pas facile de comprendre ; et l’on regardait ce phénomène comme fort extraordinaire, comme un signe précurseur de grands malheurs et envoyé par la divinité. Celui qui a traité le premier par écrit, et avec le plus de clarté et de hardiesse, des phases de lumière et d’ombre qu’on observe dans la lune, Anaxagore, n’était pas lui-même un ancien auteur ; et son traité, loin d’être fort connu, était encore tenu secret, et il ne se répandait que parmi un petit nombre de personnes, et qui ne l’accueillaient qu’avec une certaine circonspection, une confiance très-bornée. Et l’on ne pouvait souffrir les physiciens et ceux que l’on appelait en ce temps-là météorolesques, parce qu’ils rapetissaient, disait-on, la divinité en la réduisant à des causes sans raison, à des forces imprévoyantes, à des passions nécessaires. De là vint que Protagoras fut exilé, et Anaxagore mis en prison et sauvé à grand’peine par Périclès

(Plutarque1, vie de Nicias, XXXIII)
Note: Ce passage est important pour corriger notre vision du monde grec au temps de Périclès. En réalité les devins étaient estimés et les savants méprisés, voire mis en prison.


zone de visibilité de l'éclipse
Analyse:
Cette éclipse a bien eu lieu en -412/08/28 c'est à dire le 28 aout 413 av JC selon le calendrier Julien proleptique.
Thucidyde et Plutarque ne sont pas tendre avec les grecs de l'époque, dont l'ignorance le dispute à la bétise. Il peut paraître curieux que ces grecs puissent concevoir le mécanisme d'une éclipse de soleil et pas celui d'une éclipse de Lune. Mais il faut se rappeler qu'à l'époque, on croyait encore la Terre plate, et pas sphérique, et que l'ombre de la Terre était difficile à concevoir
Par contre se fier aux devins plutôt qu'aux savants est inexcusable.

Accueil Paranormal OVNI Prodiges célestes