poisson

Le crash de San Francisco

San Francisco, Californie, 3 décembre 1896.
On avait toujours pas la preuve formelle que ce fameux airship, qui ne se montre que de nuit, existait bien.
Ca y est, on l'a!. Un airship vient de se crasher en plein milieu de San Francisco!

PLUNGED FROM A DIZZY HEIGHT
-----
An Airship Lying Helpless on the Twin Peaks
-----
IT LANDED SUDDENLY IN A DITCH
-----
Two Men Come to Grief in a Forty-Foot Mystery
-----
IT IS RUN BY GAS AND ELECTRICITY
-----
Speculation as to Where It Came From - The Owners Very Reticent

-----
   An airship built of galvanized sheet steel, forty feet long, caused much excitement among the people on the Mission hills last evening. They saw it sail over the Twin Peaks and then getting out of order in some way it made a wild plunge into a gulch 200 yards south of the Corbett road, near what is known as Stanford Heights.
  Its two occupant were turned out of the cockpit in which they stood and landed badly bruised in the bottom of the gulch.
  When seen late at night by two CALL reporters the huge metal affair presented a pitiable appearance.
  The propeller was twisted and bent; one elevating fan was ripped off and lay on the ground, while the other was badly twisted by the force of the shock.
  A large hole in its side permitted the escape of a sickhish smelling gas. The steering apparatus, rudder as it was called, which had been on the bow was also broken off.
  As stated, the machine was about forty feet long, and was of cylindrical shape, with both ends cone-shaped.
  Near by stood one of the bold, but unlucky aeronauts, J.D. de Gear of 538 Fulton street.
  He looked woefully at the wreck, and thanked his lucky stars that he was still alive. The other man, the inventor, had disappeared as soon as he found that no bones were broken.
  Dr. Gear positively refused to reveal the name of the inventor.
  Dr. Gear upon being pressed told in substance the following story of the airship and the accident:
  "I am a tin-roofer and metal-worker, and the inventor who has the money is a well-educated man. Some time ago we decided to build an airship, and we built this one in the Mission. We put it together up the hill back of here in a clump of trees.
  "This was our first attempt to make a flight. The hydrogen gas used in made from muriatic acid, and the fans and propellers are operated by electricity.
  "This evening the inventor and I started out from the hill up yonder to see how it would work, but after we got started we failed to rise over ten feet from the ground. as the metal of the fans was too thin for the work they had to do.
  "In a short time we saw we had trouble ahead, for we lost control of it and away we went.
  "I can’t describe the sensation better than to say it was a feeling similar to that one has when he had a nightmare and dreams that he is falling.
  "You see we started high up the hill so our downward flight was very long, or so it seemed to us. But we were in for it and did not have very long to wait.
  "When we struck we struck hard in the soft ground, and the force of our flight carried us over and into the gulch, where we were thrown to the bottom of the ditch.
  "No, I will not tell who the inventor is nor where it was built. We are not discouraged, for we know we can fly when this is perfected. It needs strengthening."
  "Is this one of the ships seen over the City with electric lights, etc. ?" was asked.
  "No, it is not. We don‘t know any of the people connected with the airships the papers have mentioned.
  "This is a private enterprise. D... the luck," and he scraped a chunk of mud off his coat.
  The first news of the unfortunate airship was obtained from Emile H. Laplace who has a milk ranch on the Corbett road, about 200 yards from where the airship lies. In his words he said:
  "I was about to go to bed when I heard a h_ of a noise down the pasture. It sounded like a collision of trains loaded with coal-oil cans.
  "A second later I heard two voices down the gulch crying 'Help, Help!' I went down there with the lantern and found this affair."
  Mr. Laplace says that the ship could not have been built near this place for there are no trees there to conceal it and he knew every inch of the country thereabouts.
  He is sure that the airship came trom a distance, but how far he is unable to say.
  He says that as soon as the inventor learned that he was about to telephone to town from the Almshouse. he skipped out for the city, but not before the two had stripped the wrecked vessel of all the electric appliances and storage batteries, so as to prevent curious outsiders from getting an idea of the theory and principles they are working on.
  The machine adheres, in a manner. to the usual cigar shape. It is about forty feet in length and is built of galvanized sheet steel.
  The main body or hull of the contrivance in cylindrical in shape , ten feet in diameter and twenty feet in length.
  Attached with rivets and thoroughly soldered to the body are two metal cones each ten feet in length.
  two eight-bladed fans, each a few inches over six feet in diameter, are located on top of the body, and are evidently capable of tremendous speed.
  The vessel is fitted with a huge propeller, also eight-bladed, which is furnished with power from a steel shaft running to the center of the hull.
  A similar shaft runs forward and protrudes through the end of the front cone, and to this shaft the rudder or steering apparatus is attached.
  In the center of the ship lies the secret which its builder refuses to thoroughly explain - the vessel’s motive power.
  He acknowledges the power to be an intricate electrical apparatus, run by storage batteries and connected by means of a worm and cogs to the driving gear.
  He also says that the storage batteries are capable of carrying sufficient electricity to run incandescent lights, one of which, the aeronaut said, is always brightly burning when the aerial machine is in motion.
  Buoyancy is produced by gas generated within the hull by means of muriatic acid and other chemicals.
  The gas has a nauseating odor and fumes which leave a sweet taste on the lips and produce drowsiness.
  It does not seem to be a common gas. What its capacity as a lifting gas is, however, another proposition.
  It must be unusually great as the airship, built of sheet steel, carrying fans, as propeller, electrical apparatus and two men, weighs many hundreds of pounds.
  The gas produces sufficient buoyancy to almost lift the ship and its load from the ground.
  After being filled with gas the top fans are revolved at great speed, and after the machine is lifted a few feet above the earth the propeller is set going and, the navigators say, the machine sails away.
  The machine sailed quite a distance, according to its builder’s testimony, before it woke the neighborhood with the thunderous rattle of its impromptu landing.
  It was stripped of all its electrical apparatus and the inventor, who risked his life in order to perfect the machine skipped away in the dark and hid away his treasured secrets.

(The San Francisco Call, December 4, 1896, p 1)
TOMBÉ D'UNE HAUTEUR VERTGINEUSE
-----
Un dirigeable gisant désemparé sur les Twin Peaks
-----
IL A ATTERRI TOUT A COUP DANS UN FOSSE
-----
Deux hommes accidentés dans un mystère de quarante pieds
-----
IL EST MU AU GAZ ET A L'ELECTRICITE
-----
Spéculation quant à son origine - Les propriétaires très réticents

-----
  Un dirigeable en tôle d'acier galvanisé, de quarante pieds de long, a causé beaucoup d'excitation parmi les gens des collines de la Mission hier soir. Ils l'ont vu naviguer sur les Twin Peaks, puis être hors de controle en sorte qu'il a fait un rude plongeon dans un ravin à 200 yards au sud de la route Corbett, près de ce qui est connu sous le nom de Stanford Heights.
  Ses deux occupants ont été éjectés hors du poste de pilotage où ils se trouvaient et ont atterri cruellement meurtris au fond du ravin.
  Vu tard dans la nuit par deux journalistes du CALL l'énorme objet métallique offrait un aspect pitoyable.
  L'hélice était tordue et pliée; une pale était arrachée et gisait sur le sol, tandis que l'autre était gravement tordue par la force du choc.
  Un grand trou de côté permettait l'évasion d'un gaz d'odeur nauséabonde. Le dispositif de direction, le gouvernail comme on l'appelait, qui avait été à la proue était également rompu
  Comme indiqué, la machine était d'environ quarante pieds de long, cylindrique, les extrémités côniques.
  A coté se tenait l'un des audacieux, mais malchanceux aéronautes, J.D. deGear, 538 rue Fulton.
  Il regarda lamentablement à l'épave, et remercia sa bonne étoile d'être encore en vie. L'autre homme, l'inventeur, avait disparu dès qu'il eut constaté qu'aucun os n'était brisé.
  Le Dr. Gear refusa absolument de révéler le nom de l'inventeur.
  Le Dr. Gear après avoir été pressé dit en substance l'histoire suivante du dirigeable et l'accident:
  "Je suis couvreur et métallurgiste, et l'inventeur qui a de l'argent est un homme instruit. Récemment, nous avons décidé de construire un dirigeable, et nous le construisimes à la Mission. Nous l'avons mis ensemble au dos de la colline dans un bouquet d'arbres.
  C'était notre premièr essai de vol. L'hydrogène utilisé est obtenu de l'acide chlorhydrique, et les pales et les hélices sont mues par l'électricité.
  Ce soir l'inventeur et moi partimes du haut de la colline pour voir comment cela fonctionnerait, mais après le départ, nous échouames à nous élever de plus de dix pieds du sol. comme le métal des pales était trop mince pour le travail qu'ils avaient à faire.
  En peu de temps, nous vimes que nous aurions du mal, car nous perdimes le contrôle et nous partimes.
  Je ne peux mieux décrire la sensation que de dire que ce fut comme le sentiment qu'on a quand on a un cauchemar et rêve qu'on tombe.
  Vous voyez, nous partimes du haut de la colline, ainsi notre vol descendant fut très long, ou nous sembla. Mais nous étions dedans et n'avons pas eu très longtemps à attendre.
  Quand nous heurtames, nous heurtames durement le sol mou, et l'élan de notre vol nous a envoyé par dessus et dans le ravin, où nous avons été jetés au fond du fossé.
  Non, je ne dirais pas qui l'a inventé, ni où il a été fait. Nous ne sommes pas découragés, car nous savons que nous pouvons voler si perfectionné. Il faut renforcer."
  "Est ce l'un des dirigeables vus au dessus de la ville avec les lumières électriques, etc." demanda-t-on.
  Non, ce n'en est pas un. Nous ne connaissons aucune des personnes liées aux dirigeables que les journaux ont mentionnés.
  "c'est une expérience privée. D... Quelle chance, " et il racla un morceau de boue de son manteau.
  Les premières nouvelles de l'infortuné dirigeable furent obtenues d'Emile H. Laplace qui a un ranch laitier sur la route Corbett, à environ 200 yards de l'endroit où git le dirigeable. Dans ses mots, il a dit:
  "J'étais sur le point d'aller au lit quand j'ai entendu un p. de bruit sur le pâturage. Cela ressemblait à une collision de trains chargés de jerrycans.
  Une seconde plus tard, j'ai entendu deux voix en bas du ravin criant 'à l'aide, à l'aide! Je suis allé là-bas avec la lanterne et j'ai trouvé cette affaire."
  M. Laplace dit que le navire ne pouvait pas avoir été construit près de cet endroit car il n'y a pas d'arbres là pour le cacher et il connait chaque pouce du pays environnant.
  Il est sûr que le dirigeable est venu de loin, mais il est incapable de dire à quel point.
  Il dit que, dès que l'inventeur a appris qu'il allait téléphoner à la ville depuis l'Almshouse. il a quitté la ville, mais pas avant que les deux avait dépouillé le navire naufragé de tous les appareils électriques et batteries de stockage, de manière à empêcher les étrangers curieux de se faire une idée de la théorie et les principes sur lesquels ils travaillent.
  La machine est conforme, d'une façon, à la forme de cigare habituelle. Elle est d'environ quarante pieds de long et est construite en tôle d'acier galvanisé.
  Le corps principal ou coque de l'engin est de forme cylindrique, de dix pieds de diamètre et vingt pieds de long.
  Attaché avec des rivets et complètement soudés au corps sont deux cônes de métal, de dix pieds de long.
  deux hélices à huit pales, de quelques pouces de plus que six pieds de diamètre, sont situés sur le dessus, et sont évidemment capables d'une vitesse énorme.
  Le navire est équipé d'une énorme hélice, également huit pales, qui est mue par un arbre en acier reliant le centre de la coque.
  Un arbre similaire se dirige vers avant et perce l'extrémité du cône avant, et à cet arbre est fixé le gouvernail ou appareil de direction.
  Au centre du navire se trouve le secret que son constructeur refuse d'expliquer en détail - la puissance motrice du navire.
  Il reconnaît que la puissance vient d'un appareil électrique complexe, géré par des batteries et reliés au moyen d'une vis sans fin et de rouages à la roue d'entraînement.
  Il dit aussi que les batteries sont capables d'emporter suffisamment d'électricité pour allumer des lampes à incandescence, dont l'une, dit l'aéronaute, est toujours allumée lorsque la machine est en mouvement.
  La portance est produite par le gaz généré dans la coque par l'acide chlorhydrique et autres produits.
  Le gaz a une odeur infecte et les fumées laissent un goût sucré sur les lèvres et produire la somnolence.
  Il ne semble pas être un gaz commun. Quelle est sa capacité de soulevance, cependant, est un autre problème.
  Il doit être exceptionnellement grand puisque le dirigeable, construit en tôle d'acier, portant des hélices, comme propulseur, des appareils électriques et deux hommes, pèse plusieurs centaines de livres.
  Le gaz produit une portance suffisante pour presque soulever le navire et son chargement depuis le sol.
  Après avoir été rempli de gaz les hélices supérieures tournent à grande vitesse, et après que la machine s'est levée de quelques pieds le propulseur est mis en marche, disent les navigateurs, la machine s'en va.
  La machine a navigué assez loin, selon son constructeur, avant qu'il ne se réveilla le quartier avec le bruit de tonnerre de son atterrissage impromptu.
  Il a été dépouillé de tous ses appareils électriques et l'inventeur, qui a risqué sa vie afin de parfaire la machine, a sauté loin dans l'obscurité et caché ses secrets précieux.

C'est merveilleux! on tient enfin ce mystérieux dirigeable. Il correspond assez bien à ce qui a été décrit. On a découvert son épave. On l'a vu de près. Un des aéronautes était là. Il a tout expliqué. On a interrogé un témoin du crash. on a une description complète de l'engin. Et quelle émotion chez l'aéronaute décrivant la chute. On dirait du Jules Verne. Merci le San Francisco Call!

Mais... Qu'est ce que c'est que cet engin en tôles et boulons? Il s'est trompé d'époque. S'il s'était crashé un demi-siècle plus tard, au Nouveau-Mexique, ça passait. Mais nous sommes en 1896, et de ce qu'on sait, un dirigeable se doit d'être en toile ou en en aluminium.
Et si on se met à faire quelques calculs, c'est encore pire. Le volume total de l'engin, cônes compris est d'un peu moins de 60 mètres cubes. Rempli du gaz le plus léger, il ne pourrait porter qu'une soixantaine de kilos. Il ne peut donc pas s'élever dans les airs avec deux aéronautes.
???

Mais dans le même numéro, le même journal donnait un autre son de cloche.

A STRANGE VISITOR
-----
Excitement Caused by the Landing of a Tin Ship Near the Almshouse.
  Captain Reddy, superintendent of the Almhouse, reported last night that a man called at his oflice about 2:30 o'clock yesterday afternoon and asked for the telephone number of the Chutes. The number was given and he called up Mr. Riley.
  In the conversation he said to Riley: “We will make a break or make a start to-night." The man who used the telephone gave his name. but Captain Reddy does not remember it.
  Last night a boy came to the Almshouse very much excited, saying that the airship had fallen in a gulch between Sunnyside and the Almshouse.
  In an interview Captain Reddy last night gave this narrative:
  Dr. Conlin and I started for the place where the ship was reported to be. We found the machine about a mile from the Almshouse. It was between thirty and forty feet long and weighed, I should think, 250 pounds.
  “It was made of common tin, and to it was attached propeller blades made of the same material. The man in charge of the ship said he had started from the hill above. I examined the machine, and it looked too heavy and clumsy to fly.
  “There was no storage battery visible. The man said he had a partner who had taken the machinery out. He said the lifting power was gas, but I saw no compartment or place where sufficient gas could be stored to lift the ship. I did not see the ship in the air, although the boy who gave us the. news said he saw it come down.
  “I examined the contrivance closely." continued Captain Reddy, “and observed that it had been freshly painted, but the paint was worn off, indicating that it had been dragged over the ground some distance. The propeller was very flimsy, and seemed as it it could not impart any force in revolving. The tin of the body of the ship was dented in places.
  “From the story told about the partner who had removed the machinery, and from the flimsy appearance of the machine, I came to the conclusion that the whole thing was a fake, and that the airship had been dragged to that place."

(The San Francisco Call, December 4, 1896, p 2)
UN ETRANGE VISITEUR
-----
Excitation causée par l'atterrissage d'un navire en tole Près de l'Almshouse.
  Le capitaine Reddy, surintendant de l'Almhouse, a rapporté hier soir qu'un homme a appelé à son bureau vers 2h30 heures hier après-midi et demandé le numéro de téléphone des Chutes. Le numéro a été donné et il a appelé M. Riley.
  Dans la conversation, il dit à Riley: «Nous allons faire une pause ou prendre un nouveau départ ce soir." L'homme qui a utilisé le téléphone a donné son nom mais le capitaine Reddy ne s'en souvient pas.
  Hier soir, un garçon est venu à l'Almshouse très excité, disant que le dirigeable était tombé dans un ravin entre Sunnyside et Almshouse.
  Interrogé hier soir le capitaine Reddy a donné ce récit:
  Le Dr. Conlin et moi sommes partis pour le lieu où l'engin a été signalé. Nous avons trouvé la machine à environ un mile de la Almshouse. Il avait entre trente et quarante pieds de long et pesait, je crois, 250 livres.
Il était fait de tole commune, et y était attaché des pales d'hélice constituées du même matériau. L'homme en charge de l'engin a dit qu'il avait commencé à partir de la colline au-dessus. J'ai examiné la machine, et elle semblait trop lourde et maladroite pour voler.
Il n'y avait pas de batterie visible. L'homme a dit qu'il avait un partenaire qui avait emporté la machinerie. Il a dit que le moyen de levage était le gaz, mais je ne vis aucun compartiment ou endroit où suffisamment de gaz puisse être stocké pour soulever l'engin. Je ne vis pas le navire dans l'air, bien que le garçon qui nous a donné les nouvelles a dit qu'il l'a vu descendre.
"J'ai examiné l'appareil de près." Continua le capitaine Reddy," et observé qu'il avait été fraîchement peint, mais la peinture était éraflée, indiquant qu'il avait été traîné sur le sol à une certaine distance. L'hélice était très fragile, et semblait ne pas pouvoir conférer une force en tournant. La tôle de l'engin était bosselée par endroits.
De l'histoire racontée sur le partenaire qui avait enlevé la machinerie et de l'aspect fragile de la machine, je suis venu à la conclusion que tout cela était un faux, et que le dirigeable avait été traîné à cet endroit.

Et le même jour, le San Francisco Chronicle dénonçait la supercherie:

AN AIRSHIP WHICH RODE IN A WAGON WAS PLANTED IN A GULCH:
-----
  The latest fake to deceive the credulous
  Built of galvanized iron and conveyed to a secluded spot, the airship was found early this morning. The Seraph of the air spread its wings like a giant condor and slid down hill in the vicinity of the Sunnyside House on the Corbett Road and with a peculiar whirring sound, scraped the paint off its underside.
  Sunnyside House fronts a milk ranch and herders heard a noise shortly before midnight that they describe as like an earthquake. Rushing forth they heard cries proceeding from an ill-favored gulch where the cows ruminate at nighttime. Going to the spot they found a strange-looking craft of metal.
  They did not examine the machine closely, for the writhing forms of two men appealed to their humanity. The writhing forms recovered sufficiently to explain that they were the inventors and builders of an airship in which they had been sailing about when the machine got out of order and they fell to earth. In proof, they pointed to the immense, cigar-shaped metallic tube with its propellers and wings. Messengers were hurried to the Almshouse for medical assistance and word was conveyed to the press.
  When the Almshouse physician and reporters arrived, it took but a moment to puncture the fake. Captain Reddy recognized in Professor J.D. DeGear the inventor, a man who had through the Almshouse telephone, called up a prominent local amusement director, whom he assured that she would go tonight for sure.
  The reporters found that the airship was constructed of galvanized iron; that the paint was not yet dry upon it; and that the propeller blades would bend at a touch; and the thing was left to rest where it had fallen.
  The inventor vainly endeavored to convince them that it had once sailed the skies, but under close cross-questioning, admitted that it had been hauled to the crest of the hill on a wagon and dragged down into the gulch.

(The San Francisco Chronicle, December 4, 1896)
UN DIRIGEABLE TRANSPORTÉ DANS UN CHARIOT ÉTAIT PLANTÉ DANS UN RAVIN:
-----
  Le dernier faux pour tromper les crédules.
  Construit en fer galvanisé et transporté à un endroit isolé, le dirigeable a été retrouvé tôt ce matin. Le Séraphin de l'air étendit ses ailes comme un condor géant et glissa le long de la colline à proximité du Sunnyside House sur Corbett Road et avec un curieux vrombissement, gratta la peinture de son dessous.
  Sunnyside House est en face d'un ranch laitier et les éleveurs ont entendu peu avant minuit un bruit qu'ils décrivent comme comme un tremblement de terre. Se précipitant, ils ont entendu des cris provenant d'un mauvais ravin où les vaches ruminent la nuit. Y allant ils ont trouvé un engin de métal d'aspect étrange.
  Ils n'examinèrent pas la machine de près car l'apparence contorsionnée de deux hommes appela leur humanité. Les contorsionnés récupérérent assez pour expliquer qu'ils étaient les inventeurs et constructeurs d'un dirigeable dans lequel ils naviguaient au moment où la machine devint hores controle et tomba à terre. En preuve, ils ont montré l'immense tube métallique en forme de cigare avec ses hélices et ses ailes. Des messagers furent dépéchés à l'Almshouse pour l'assistance médicale et le mot a été transmis à la presse.
  Lorsque le médecin d'Almshouse et les journalistes sont arrivés, il n'a fallu qu'un moment pour percer le faux. Le capitaine Reddy reconnut dans le professeur J.D. DeGear l'inventeur, un homme qui avait appelé par le téléphone d'Almshouse, un éminent directeur d'attractions locales, dont il a assuré qu'elle irait ce soir à coup sûr.
  Les journalistes trouvèrent que le dirigeable était construit en fer galvanisé; que sa peinture n'était pas encore sèche; et que les pales de l'hélice se pliaient au toucher; et la chose a été laissé pour reposer là où il était tombé.
  L'inventeur essaya vainement de les convaincre qu'il avait une fois navigué dans les cieux, mais sous un étroit contre-interrogatoire, a admis qu'il (l'engin) avait été transporté à la crête de la colline sur un chariot et traîné vers le bas dans le ravin.

Et le lendemain, le même San Francisco Chronicle expliquait qui avait fait quoi. C'était un faux crash monté par l'agent de presse Frank de Gear. Le Sunnyside Inn l'avait payé pour faire remonter ses affaires. Il avait été aidé par son frère Jefferson de Gear, qui expliquait:

“I was simply employed as an expert cornice-maker to build the machine and put it where it was found. Yes, it was built for exhibition purposes. It took over three bundles of galvanised iron to construct it, and the thing weighed over 400 pounds. I built it in two nights and one day, and had eleven men working on it Wednesday night. I think I deserve credit for the job: it was a good piece of work.”
(The San Francisco Chronicle, December 5, 1896)
J'ai simplement été employé comme expert en tolerie pour construire la machine et la mettre où elle a été trouvée. Oui, il a été construit à des fins d'exposition. Il a fallu plus de trois paquets de tole galvanisée pour le construire, et la chose pesait plus de 400 livres. Je l'ai construit en deux nuits et un jour, et j'avais onze hommes qui travaillaient dessus mercredi soir. Je pense que je mérite le crédit de ce travail: c'était un bel ouvrage.

Le même jour, The San Francisco Call se contentait de dénoncer le faux en quelques lignes.

Voila une mystification instructive. Fin novembre, la rumeur du mystérieux dirigeable bat son plein. Il est bien tentant de la récupérer. Le Sunnyside Inn demande à Frank DeGear de lui faire atterrir un dirigeable à proximité. Celui ci fait fabriquer un engin en tôle par son frère, et avec un ou plusieurs compères va le précipiter nuitamment dans un ravin, avec un raffut à réveiller tout le quartier. Plus qu'à crier "A l'aide" pour faire rappliquer quelques voisins. Ensuite les journalistes arrivent. Il n'y a plus qu'à leur expliquer que l'inventeur a enlevé la machinerie pour préserver ses secrets, et à donner force détails.
Mais enore faut il que les journalistes suivent, et c'est ici qu'intervient le sensationalisme du San Francisco Call, dont les journalistes ne vont pas interroger les témoins les plus sûrs, mais les témoins les plus volubiles, ici, par exemple M. Laplace, et bien sûr, le prétendu aéronaute.
Les journalistes d'investigation, eux, démonteront l'affaire en 24 heures.

poisson

Dernière mise à jour: 22/07/2016

Accueil Paranormal OVNI Ufologie Chronique Dirigeables airships