Le retour de l'éclipse de Josué.

Hé oui, il n'y a de nouveau que ce qui est oublié, et l'année 2017 a vu ressortir la "vieille lune" de l'éclipse expliquant le miracle de Josué.

Nous avons vu qu'en 1931 Le professeur Sidersky remplaçait l'arrêt du soleil par une éclipse, survenue le 2 mars 1399 avant notre ère. Nous avons vu aussi que cette hypothèse ne marchait pas. Mais qu'à cela ne tienne, il suffit d'oublier tout ça et de repartir sur de nouvelles bases.
C'est pourquoi les docteurs Hezi Yitzhak, Daniel Weistaub, et Uzi Avneer, de l’Université Ben-Gourion, ont trouvé une autre éclipse, annulaire cette fois, pour expliquer le miracle. L'article original étant en hébreu, nous nous contenterons de son résumé par une autre source, mais nous allons voir que cette hypothèse ne marche pas mieux que celle de Sidersky.

Trois savants docteurs ressucitent l'hypothèse de l'éclipse.

En utilisant des données fournies par la NASA, trois scientifiques de l’Université Ben-Gourion de Beer Sheva ont pu déterminer, dans un article qui vient d’être publié, la date de l’éclipse et de la bataille qui seraient donc survenus le 30 octobre en l’an 1207 avant l’ère commune.
Le chapitre 10 du Livre de Josué raconte que peu après l’entrée des Israélites sur la Terre Promise, ils ont livré bataille contre cinq armées qui assiégeaient les Gabaonites, que Josué avait promis de protéger.
A la tête d’une armée, Josué était parvenu à vaincre les cinq rois et prié Dieu pour qu’Il vienne en aide aux Israéliens dans leur bataille en arrêtant le soleil :
“Alors Josué parla à l’Eternel, le jour où l’Eternel livra les Amoréens aux enfants d’Israël, et il dit en présence d’Israël : Soleil, arrête-toi sur Gabaon, Et toi, lune, sur la vallée d’Ajalon !.’” (Josué 10:12).
Les chercheurs font remarquer l’existence d’autres récits anciens où une divinité vient stopper le soleil.
Toutefois, disent-ils, ce récit biblique est unique dans la mesure où il mentionne également le rôle de la lune, ce qui les a menés à la conclusion que le texte faisait référence à une éclipse solaire durant laquelle la lune passe entre la terre et le soleil, bloquant ses rayons.
Ils interprètent le mot “dom,” qui n’apparaît qu’une seule autre fois dans la Bible (Psaumes 37:7), non comme “arrête-toi” – ce qui est la lecture la plus traditionnelle – mais comme “obscurcis-toi”.
Cette équipe multidisciplinaire, avec à sa tête le docteur Hezi Yitzhak, a découvert qu’il n’y avait eu qu’une seule éclipse solaire totale dans la région entre les années 1500-1000 avant l’ère commune, lorsque les Israélites seraient entrés en Terre Promise.
Cette éclipse leur aurait donc permis de dater précisément la bataille au 30 octobre de l’année 1207 avant l’ère commune, à 16h28. L’article a été publié dans l’édition la plus récente de Beit Mikra : Journal d’études de la Bible et de son monde.

(Times of Israel Staff, 17 janvier 2017, 15:59)

L'aide de la NASA, c'est en fait le catalogue d'éclipses solaires de Meuus et Espenak, disponibles en ligne sur le site de la NASA.
L'interprétation du mot “dom,” Par “obscurcis-toi” au lieu de “arrête-toi”, avait déja été faite en 1936, par Harry Rimmer. Elle est d'ailleurs absurde, puisque Josué aurait eu besoin d'une prolongation de la durée du jour, et non d'une diminution de la clarté du jour.
L'éclipse de 1207 ne fut pas totale, mais annulaire. Et nous avons vu que, contre l'hypothèse de Sidersky, une éclipse qui n'est pas totale n'est pas suffisante pour distraire les soldats de leur combat
Mais l'argument massue qui détruit tout, est trop évident pour que nos docteurs le voit. Nous le verrons à la fin de ce dossier.

L'accueil de l'hypothèse.

On se doute que les rabbins ont du être satisfaits de voir la science conforter la Bible:
Rabbi Avraham Arieh Trugman, directeur de Ohr Chadash: Nouveaux horizons dans l'expérience juive, a accepté les résultats de l'étude avec sérénité.
...
Rabbi Trugman a expliqué sa compréhension de l'histoire à Breaking Israel News.
"Malgré le fait que dans de nombreux domaines, les gens veulent opposer la science à la Torah, ce qui est beaucoup plus proche de la vérité est que, dans la plupart des cas, il n'y a pas de conflit entre la science et la Torah". "Il est très commun de trouver de nombreux domaines dans lesquels il existe une confluence étonnante de la connaissance laïque et de la sagesse de la Torah."

(Breaking Israel News, January 19, 2017 , 12:30 pm)
Ne comptons donc pas sur le monde rabbinique pour comprendre que l'hypothèse est absurde.

Mais d'autres médias sont plus réservés
Vous devez être prudent lorsque vous essayez de lire des textes anciens comme guides astronomiques. De grands esprits, y compris Kepler et Newton, ont dépensé beaucoup d'énergie mentale pour essayer de relier des récits bibliques tels que la Roue d'Ezéchiel et l'Étoile de Bethléem à des événements astronomiques réels. Nous ne saurons probablement jamais avec certitude si une conjonction coïncidente honorait le ciel de la crèche de Bethléem, ou si Ezéchiel voyait la rupture d'une comète brillante, mais c'est toujours amusant d'imaginer et de se demander. Puis, il y a l'embellissement inévitable qui accompagne les histoires qui ont pu avoir été déclenchées par des pluies de météores ou des sundogs, il y a des siècles. Nous ne voyons pas, par exemple, des épées flamboyantes ou des bannières ornées d'inscriptions latines à travers le ciel aujourd'hui, mais si vous pouvez croire les récits médiévaux, ils semblaient communs à l'époque.
(Universe Today, 6 Feb , 2017)

Deux savants britanniques reprennent l'hypothèse.

Humphreys
Sir Colin Humphreys

Est-ce un authentique plagiat, ou ne serait-ce qu'une curieuse coincidence, doublée d'une étonnante ignorance?
Toujours est il que la même hypothèse concernant la même éclipse apparait quelques mois plus tard dans la très sérieuse revue Astronomy & Geophysics, sous le clavier de Sir Colin John Humphreys, professeur à la prestigieuse université de Cambridge (et membre de la Royal Society, s'il vous plait) et de son comparse Graeme Waddington, astrophysicien à Oxford.
Avec des références pareilles, on peut s'attendre à du sérieux, n'est ce pas?
Hélas, nous allons voir que ce n'est que de la science Canada-dry, ça en a le goût et la couleur, mais ça n'en est pas.
Nous extrayons le plus important de leur article.

Solar eclipse of 1207 BC helps to date pharaohs
A puzzling event in The Bible that mentions both the Moon and the Sun can be interpreted as describing a solar eclipse. We have dated it to 30 October 1207 BC, making it possibly the oldest datable solar eclipse recorded. This enables us to refine the dates of certain Egyptian pharaohs, including Ramesses the Great. It also suggests that the expressions currently used for calculating changes in the Earth’s rate of rotation can be reliably extended back 500 years, from 700 BC to 1200 BC.


L'éclipse de soleil de 1207 aide à dater les pharaons.
Un événement déroutant dans la Bible qui mentionne à la fois la Lune et le Soleil peut être interprété comme décrivant une éclipse solaire. Nous l'avons daté du 30 octobre 1207 av. J.-C., ce qui en fait peut-être la plus vieille éclipse solaire datable enregistrée. Cela nous permet d'affiner les dates de certains pharaons égyptiens, y compris Ramsès le Grand. Il suggère également que les expressions actuellement utilisées pour calculer les changements dans la vitesse de rotation de la Terre peuvent être reculées de 500 ans de manière fiable, de 700 avant JC à 1200 avant JC.

Note: Le fait que le texte mentionne à la fois la lune et le soleil implique que ce ne peut être une éclipse, comme nous le verrons plus loin, ce qui rend caduque la possibilité de vérifier la chronologie des éclipses.

Ici, les auteurs passent en revue les différentes éclipses connues antérieures à 1000 av. J.-C. Mais ils oublient l'éclipse de 1312 av. J.-C.
We therefore concur with Stephenson (2008) that, until now, there have been no reliable references to solar eclipses being observed before 1000 BC.

A possible observation
There is a possible reference to a solar eclipse in a puzzling passage in the biblical Old Testament book of Joshua. This records that, after Joshua had led the people of Israel into Canaan, he prayed: “Sun, stand still [Hebrew dôm] at Gibeon, and Moon, in the Valley of Aijalon.” The passage continues: “And the Sun stood still, and the Moon stopped [Hebrew ‘am ad ], until the nation took vengeance on their enemies,” (Joshua 10:12–13)
...
If these words are describing a real observation, then a major astronomical event was being reported.

Nous sommes donc d'accord avec Stephenson (2008) sur le fait que, jusqu'à présent, il n'y avait aucune référence fiable aux éclipses solaires observées avant 1000 av J.-C.
Une observation possible
Il y a une référence possible à une éclipse solaire dans un passage déroutant du livre de l'Ancien Testament de Josué. Ceci rapporte que, après que Josué eut conduit le peuple d'Israël en Canaan, il pria: "Soleil, arrête-toi [en Hebreu dôm] à Gabaon, et toi Lune, dans la Vallée d'Ajalon." Le passage continue: "Et le Soleil se tint immobile et la Lune s'arrêta [en hébreu 'amad], jusqu'à ce que la nation se soit vengée de ses ennemis »(Josué 10: 12-13)
...
Si ces mots décrivent une observation réelle, alors un événement astronomique majeur a été signalé.

Note: Si ces mots décrivent une observation réelle, mais il est consternant qu'en 2017 nous auteurs ignorent encore que ces mots ne sont qu'un ajout apocryphe.
The first person to suggest that Joshua 10:12–14 was referring to a solar eclipse seems to have been the linguist Robert Wilson (1918), who almost 100 years ago gave the following translation:
Be eclipsed, O sun, in Gibeon, And the moon in the valley of Aijalon!
And the sun was eclipsed and the moon turned back, while the nation was avenged on its enemies.

La première personne à suggérer que Josué 10: 12-14 faisait référence à une éclipse solaire semble avoir été le linguiste Robert Wilson (1918), qui a donné la traduction suivante il y a presque 100 ans:
Eclipse-toi, soleil, à Gabaon, Et toi lune dans la vallée d'Ajalon!
Et le soleil fut éclipsé et la lune se retourna, tandis que la nation se vengeait de ses ennemis.

Note: Robert Wilson faisait une traduction, et pas une théorie. La vraie théorie fut celle de Sidersky en 1931, que nos auteurs ne mentionnent pas. Pire, ils mentionnent encore moins que quelques mois plus tôt, Hezi Yitzhak, Daniel Weistaub, et Uzi Avneer professaient la même théorie. L'ignoraient ils vraiment, ou l'ont ils copié en l'enrichissant?
From our calculations we find that the only annular eclipse visible from Gibeon between 1500 and 1050 BC (using the same generous limits to the possible dates of entry of Joshua into Canaan as did Sawyer [1972]) was on 30 October 1207 BC, in the afternoon.
De nos calculs, nous trouvons que la seule éclipse annulaire visible de Gabaon entre 1500 et 1050 av. J.-C. (en utilisant les mêmes limites généreuses aux dates possibles d'entrée de Josué en Canaan que Sawyer [1972]) était le 30 octobre 1207 av. J.-C. après midi.
Note: Cette éclipse a bien eu lieu, c'est l'apostrophe de Josué au soleil qui n'a jamais eu lieu.
An interesting feature of the Joshua text is the observation that it is stated that not only did the Sun stop (shining) but that the Moon also stopped (shining). As the Moon is in conjunction at the time of a solar eclipse it is effectively absent from the sky for a couple of days (it has “stopped shining”).
(Astronomy & Geophysics, October 2017, vol. 58)
Une caractéristique intéressante du texte de Josué est l'observation qu'il est indiqué que non seulement le Soleil s'est arrêté (de briller) mais que la Lune s'est aussi arrêtée (de briller). Comme la Lune est en conjonction lors d'une éclipse solaire, elle est effectivement absente du ciel pendant quelques jours (elle a "cessé de briller").
Note: Que le soleil se soit arrété de briller est une interprétation de nos auteurs. Mais surtout, ils se tirent une balle dans le pied. Ils insistent sur le fait que lors d'une éclipse, la lune est absente du ciel pendant quelques jours (la nouvelle lune), mais alors comment Josué qui ne la voyait pas lui aurait il ordonné de s'arréter?

Les auteurs continuent en étudiant les conséquences de leur théorie pour la chronologie, en particulier celle des pharaons. Mais comme leur théorie est caduque, ses conséquences le sont aussi.

L'accueil de la théorie britannique.

La théorie britannique, c'est à dire la théorie israélienne repeinte aux couleurs de l'Union Jack, a été diversement accueillie chez les croyants. Certains y ont vu une avancée pour l'histoire de la conquète de la Palestine.

Des astronomes ont établi la date de l’arrêt de la marche du Soleil par le prophète Josué
Des chercheurs de Cambridge ont réussi en se fondant sur une analyse des textes bibliques à élaborer une nouvelle interprétation du Livre de Josué.
...
Selon les chercheurs de Cambridge Josué n’arrêta pas la course du Soleil et de la Lune sur la voûte céleste mais mit à profit une éclipse annulaire la Lune se trouvant éloignée de la Terre, le Soleil ayant l’apparence d’un anneau de feu.
La date d’une telle éclipse a pu être établie, c’était le 30 octobre 1207 avant J.C. Cette découverte permettra de rendre plus précise la chronologie de l’histoire de l’ancien Proche-Orient.

( Parlons D'orthodoxie, 6 Décembre 2017 à 15:00)
Note: Josué mit à profit... Quel profit? Dans l'esprit du chapitre 10 du livre de Josué, il aurait pu avoir intérêt à une augmentation de la durée du jour, encore que ses ennemis soient déjà exterminés. Mais quel intérêt avait il à une éclipse annulaire? A faire l'intéressant devant ses troupes, Dieu lui ayant révélé l'heure du début de l'éclipse? On peut se demander si on se moque de Dieu ou du lecteur.

D'autres sont franchement sceptiques.

Toutefois, l’astrophysicien Jason Lisle, fondateur de l’Institut des sciences bibliques, a déclaré à Christian News Network que la conclusion avancée par Humphreys et Waddington «ne correspondait pas au texte biblique».

« Josué 10:13 utilise deux mots hébreux différents pour décrire l’arrêt du soleil dans le ciel ; un sens parle de cesser, l’autre parle de s’arrêter ou de rester immobile », a-t-il expliqué.
« Ensemble, ils indiquent clairement que l’auteur voulait transmettre l’idée que le mouvement apparent du soleil a été arrêté. »

« En outre, le texte dit que » le soleil s’est arrêté au milieu du ciel (une indication claire que son mouvement apparent normal a été arrêté), et ne s’est pas empressé de descendre (pour continuer son mouvement diurne) pour environ une journée entière (la journée était donc bien plus longue que d’habitude) », a poursuivi Lisle. « Ce n’est pas ce qui se passe pendant une éclipse solaire. »

Il a également souligné que parce que le soleil se tenait au milieu du ciel pour Josué, l’événement a probablement eu lieu vers midi. Or Humphreys et Waddington décrivent leur éclipse solaire comme se produisant entre 15 h 30 et le coucher du soleil, les deux événements ne pouvaient donc pas être les mêmes.

Note: Jason Lisle tire sur un corbillard avec des balles à blanc. C'est à dire qu'il prétend réfuter une théorie fausse avec des arguments tous aussi faux. L'argument qui rend tous les autres inutiles est que le passage sur l'arrêt du soleil est un ajout apocryphe. L'argument du soleil au milieu du ciel ne tirnt plus depuis qu'on admet que cela veut seulement dire "en plein ciel", et pas au méridien.

De plus, selon le scientifique chrétien du Biblical Science Institute, le verset 14 de Josué 10 déclare « Il n’y a point eu de jour comme celui-là, ni avant ni après, où l’Éternel ait écouté la voix d’un homme ». Or il y a eu beaucoup d’éclipses solaires depuis.

«Le texte signifie clairement la description d’un événement miraculeux qui ne se répétera jamais.»

Note: Mais dans ces autres éclipses, l'éternel n'avait pas écouté la voix d'un homme. C'est ce détail qui est unique.

Dr. Jason Lisle a déclaré que «parfois, les gens sont désireux de tout expliquer dans les Écritures par des phénomènes naturels.»

«Mais Dieu ne se limite pas aux processus naturels» a encore affirmé Lisle.

( Chrétiens infos, 23 Novembre 2017)

On voit que, chez les anglo-saxons, le débat n'a pas beaucoup progressé depuis plusieurs siècles.

Parallèlement, un auteur qui signe Philologos a un peu mieux lu le texte de Josué, tout en ayant lu les deux thèses, israélienne et britannique. Il ne voit toujours pas que le passage de l'arrêt du soleil est un ajout apocryphe, mais ses arguments sont meilleurs:

No, the Book of Joshua Does Not Tell of a Rare Solar Eclipse
Despite the claim of two recent scientific papers.

Non, le livre de Josué ne parle pas d'une éclipse solaire rare.
Malgré la prétention de deux articles scientifiques récents.

But it is one thing to invoke the aid of Akkadian in explaining a biblical word or passage whose meaning we do not know, and quite another to do so with a passage, like the one in Joshua, that is self-explanatory and needs no outside assistance to be understood. The only reason to read an eclipse into it, as I have said, is wanting to make a biblical account scientifically credible; but to believe that something is true because we want it to be true is hardly scientific.
Mais c'est une chose d'invoquer l'aide de l'Akkadien pour expliquer un mot ou un passage biblique dont nous ne connaissons pas le sens, et une autre de le faire avec un passage, comme celui de Josué, qui s'explique de lui-même et qui n'a pas besoin d'assistance externe pour être compris. Comme je l'ai dit, la seule raison d'y lire une éclipse est de rendre scientifiquement crédible un récit biblique; mais croire que quelque chose est vrai parce que nous voulons qu'il soit vrai n'est guère scientifique.
More than that: the Humphrey-Waddington-Yitzhak-Vainstub-Avner thesis needs to be taken with a tablespoon of salt not only because it isn’t needed to make sense of the biblical account but because it makes nonsense of that account. Although Joshua, let us recall, prays for a miracle that will prolong the hours of light until his forces have completed their mission, a solar eclipse would only have lessened these hours, and at a time of year—the end of October—when the days were already short. Asking God for it would have made Joshua one bumbler of a general.
...
This is something that our British and Israeli scholars do not appear to have thought of. It’s not enough, in interpreting the Bible, to know Akkadian and astronomy. You also have to know how to read a simple story.

( Mosaic Magazine, Nov. 8 2017)
Plus fort: la thèse de Humphrey-Waddington-Yitzhak-Vainstub-Avner doit être prise avec une cuillère à soupe de sel, non seulement parce qu'il n'est pas nécessaire de donner un sens au récit biblique, mais parce que cela le rend absurde. Bien que Josué, rappelons-le, prie pour un miracle qui prolongera les heures de jour jusqu'à ce que ses troupes aient accompli leur mission, une éclipse solaire aurait seulement diminué ces heures, et à une époque de l'année - la fin d'octobre - où les jours étaient déjà courts. Demander à Dieu de le faire aurait fait de Josué un un général fantoche.
...
C'est quelque chose que nos chercheurs britanniques et israéliens ne semblent pas avoir pensé. Il ne suffit pas, en interprétant la Bible, de connaître l'akkadien et l'astronomie. Vous devez également savoir lire une histoire simple.

Analyse:

Nous avons vu que l'hypothèse de l'éclipse annulaire de l'an 1207 avant notre ère, ne marche pas mieux que celle de l'éclipse de 1399. Mais voici l'argument massue:
Tous ces prétendus savants n'ont pas compris que le texte même du verset qu'ils ont cité invalide l'hypothèse d'une éclipse de soleil, qu'elle soit totale, partielle ou annulaire.
En effet, que dit le douzième verset du dixième chapitre du livre de Josué?
12 C'est alors que Josué s'adressa à Yahvé, en ce jour où Yahvé livra les Amorites aux Israélites. Josué dit en présence d'Israël : « Soleil, arrête-toi sur Gabaôn, et toi, lune, sur la vallée d'Ayyalôn! »
(traduction de l'école de Jérusalem, 1955)
12 Alors Josué parla à l'Éternel, le jour où l'Éternel livra les Amoréens aux enfants d'Israël, et il dit en présence d'Israël: Soleil, arrête-toi sur Gabaon, Et toi, lune, sur la vallée d'Ajalon!
(traduction de Louis Segond, 1910)
12 C'est alors, en ce jour où l'Eternel mit l'Amorréen à la merci des Israélites, que Josué fit appel au Seigneur et dit en présence d'Israël: "Soleil, arrête-toi sur Gabaon! Lune, fais halte dans la vallée d'Ayyalôn!"
(traduction du rabbinant français, 1902)
12 Alors, Josué parla au Seigneur, le jour même ou Dieu avait livré l'Amorrhéen au bras d'Israél, lorsqu'il les eut accablés en Gabaon, et qu'ils furent écrasés devant les fils d'Israel. Et Josué dit: Que le soleil s'arrête sur Gabaon, et la lune sur le val d'Aïlon.
(traduction d'après "les septantes", 1865)

Toutes ces traductions sont d'accord: Josué commande à la lune de s'immobiliser dans la direction du val d'Ajalon (à l'ouest de Gabaon). La lune était donc visible! Ce n'était donc pas l'époque de la nouvelle lune, seul moment où une éclipse de soleil puisse se produire. Nos auteurs ont donc tout faux!

Nous avons comme voisine une sympathique vieille dame, de culture plutôt rurale, avec juste le niveau du certificat d'études primaire. Nous lui avons rappelé ce qu'est une éclipse de soleil, puis demandé si la lune pouvait se trouver à la fois dans la direction du val d'Ajalon, et devant le soleil. Elle a tout de suite compris qu'il ne pouvait pas y avoir d'éclipse.
Et voila! Vieille dame avec le certificat d'études: 1  
Savants des universités de Cambridge et d'ailleurs: 0  

Dernière mise à jour: 24/03/2018

Accueil Paranormal OVNI Prodiges célestes Josué