490 avant JC
Marathon, spectres en armes
En réalité: hallucination et illusion
Deux spectres dont celui de Thésée seraient apparus à la bataille de Marathon

5ème siècle avant notre ère, Hérodote décrit le spectre vu par Épizélon.
Il arriva en cette bataille une chose bien étonnante à un Athénien nommé Épizélon, fils de Cuphagoras. Pendant qu'il était aux prises avec l'ennemi, et qu'il se conduisait en homme de cœur, il perdit la vue sans avoir été frappé en aucune partie du corps, ni de près ni de loin, et depuis ce moment il demeura aveugle le reste de sa vie. On m'a assuré qu'en parlant de cet accident, il disait qu'il avait cru voir devant lui un grand homme pesamment armé, dont la barbe ombrageait tout son bouclier; que ce spectre le passa, et alla tuer celui qui combattait à ses côtés. Telle est l'histoire que raconte Épizélon, suivant le récit qu'on m'en a fait.
(Hérodote, livre VI Erato, ch CXVII.)
Note: Hérodote écrit ceci un demi siècle seulement après les faits.

vers 100 de notre ère, Plutarque cite le spectre de Thésée.
Plusieurs siècles après, les Athéniens honorèrent Thésée comme un héros. Ils en avaient plus d’un motif ; mais ce qui les détermina, c’est qu’à Marathon, plusieurs soldats, pendant la mêlée, crurent voir apparaître Thésée en armes, à la tête des troupes, et combattant contre les barbares.
(Plutarque1, vie de Thésée)
Note: Plutarque dit bien "plusieurs soldats", et non "beaucoup".

1557, Conrad Lycosthènes résume maladroitement Hérodote.
Mundi 3472. ante Christum 491.
Pizelus Atheniensis in pugna Marathonia dum praeliatur, visum est monstrum, quod cum ipse quoque ante se videret, occidere visus, luminibus captus perpetuo mansit. Herodotus. Meminit pugnae Eusebius.

Année 3472 de la création. 491 avant Jésus-Christ
Alors que l'athénien Pizelus se battait à la bataille de Marathon, il vit un monstre tuer, alors qu'il l'avait vu lui même devant lui, et ne revit plus jamais la lumière. Hérodote. Eusèbe se souvient de la bataille

(Lycosthenes, p 71)

1746, Dom Calmet admet l'apparition de spectres.
Plutarque dont on connoît la gravité & la Sagesse, parle souvent de spectres & d'apparitions, il dit par exemple que dans la fameuse bataille de Marathon contre les Perses, plusieurs soldats virent le phantome de Thésée qui combattoit pour les Grecs contre les ennemis (a)
(a) Plutarc. in Thésee p.27. Pausanias in Atticis

(R.P. Dom Augustin Calmet, Dissertation sur les apparitions, De Bure l'ainé, 1746)

1977, Michel Bougard tente un rapprochement ufologique.
Ainsi Plutarque raconte « qu'à la bataille de Marathon contre les Mèdes, beaucoup de soldats crurent voir le spectre de Thésée en armes qui s'élançait à leur tête contre les barbares. » 11
11. Plutarque, Vie de Thésée, 3S, 7.
(Bougard, p 42)
Note: pour valoriser l'histoire, Bougard écrit "beaucoup de soldats", au lieu de "plusieurs"

21ème siècle, le site RR0 entérine le rapport ufologique.
-490
  * Au cours de la bataille de Marathon contre les Mèdes, beaucoup de soldats croient voir le spectre de Thésée en armes qui s'élance à leur tête contre les barbares [1].
  1. Plutarque, Vie de Thésée, 35, 7

(RR0)

Analyse:
Nous avons ici deux récit de deux apparitions différentes. L'un, celui d'Épizélon par Hérodote, qui décrit un grand soldat, avec une immense barbe, l'autre par Plutarque, qui décrit Thésée en armes, à la tête des grecs
Or le brave Épizélon, fut privé de la vue sans avoir reçu aucun coup, on en déduit qu'il souffrit d'une cécité psychosomatique. D'autre part, les soldats perses en face de lui étaient légèrement armés, et l'on n'imagine pas un soldat partir au combat avec une barbe pendant jusqu'au bas de son bouclier. Le grand barbu lourdement armé qu'a cru voir Épizélon, juste avant sa cécité, n'existait donc probablement que dans sa tête. On peut classer son cas comme une hallucination.

Castor et Pollux (monnaie romaine)
Pour le fantome de Thésée, l'absence de réalité est évidente, puisque Thésée est un personnage mythologique. Mais cette apparition rappelle furieusement celle de Castor et Pollux, que, selon Denys d'Halicarnasse, on crut voir combattre en tête des troupes romaines, lors de la bataille du lac Regille, 6 ou 9 ans plus tôt selon les auteurs. Dans les deux cas, il s'agit de demi-dieux venant combattre avec les hommes. Ces demi-dieux étaient donc d'origine céleste, mais ni dans un cas, ni dans l'autre, il n'est dit qu'on les vit descendre du ciel. Et Ciceron, dans De natura deorum, réfute l'origine céleste, car pour lui, il s'agit d'une confusion crée par le voeu du consul Postumius, d'ériger un temple à Castor et Pollux.
Il n'empêche qu'à Marathon, on aurait bien cru voir Thésée, et que ce héros était bien supposé céleste, ce qui suffit à certains ufologues pour faire un rapprochement avec un extraterrestre, bien que personne ne l'ai vu descendre d'un engin céleste. Mais cette condition n'est pas nécessaire aux ufologues. Le catalogue d'atterrissages d'OVNI de Jacques Vallée mentionne en 1954, l'observation d'un supposé occupant d'OVNI à Lewarde. Or ce curieux personnage n'avait rien de céleste: c'était un clochard, localement connu, et dont le surnom parut même dans un journal local démystifiant l'observation.
Dans le cas de Thésée, si personnage il y a eu, ce devait être un brave de grande taille et de belle prestance. L'assimilation, évidemment illusoire, fut probablement faite après la victoire, comme dans le cas du lac Régille.
Il n'y a donc, en pratique, rien de céleste ici, mais on connait un cas, ou des entités vues dans le ciel, seraient venus au secours d'une armée. C'est celui des "Anges de Mons", ou des archers célestes auraient aidé les troupes anglaises à repousser les allemands lors de la bataille de Mons (22 aout 1914). Mais en réalité, personne ne vit rien car il s'agissait d'une rumeur née l'année suivante.

Accueil Paranormal OVNI Prodiges célestes