5 avant JC
Chine, comète des mages?
En réalité: comète rapportée seulement en Chine

vers 60 (?) L'évangéliste Matthieu parle de l'étoile des mages.
1 Jésus étant né à Bethléem de Judée, aux jours du roi Hérode, voici que des mages venus du Levant se présentèrent à Jérusalem,
Note: Matthieu est extrèmement vague, il ne dit rien de la naissance de Jésus, son nom, ceux de ses parents, et Bethléem sont à peu près la seule chose commune avec l'évangile de Luc. "Des mages", c'est bien vague, et ils ne pouvaient, bien sûr, venir que du levant, contrée de mystère qui incluait l'Arabie et s'étendait jusqu'a la Perse.
2 en disant: « Où est le roi des Juifs qui vient de naître? Car nous avons vu son étoile au Levant et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »:
Note: Détail qui ne peut être historique, car des habitants du "Levant" n'auraient pas parler de "Levant", qui était pour eux le centre du monde, comme d'ailleurs partout.
...
9 Sur ces paroles du roi, ils s'en allèrent. Et voici que l'étoile qu'ils avaient vue au Levant les précédait, jusqu'à ce qu'elle vint se placer au-dessus de l'endroit où était l'enfant.
Note: Pour un ufologue, c'est le syndrome de "la boule suiveuse", qui fait qu'un objet à l'infini parait accompagner l'observateur en restant toujours dans la même perspective. Jusqu'ici, l'étoile peut être un astre, mais voici qu'elle vient se placer en un endroit précis, c'est à dire qu'elle s'arréta bien que les mages continuaient leur marche, et qu'elle ne suivait pas non plus le mouvement diurne de la voûte céleste. "l'étoile" n'était donc pas un astre.
10 A la vue de l'étoile, ils se réjouirent d'une très grande joie.
11 Et, entrés dans la maison, ils virent l'enfant avec Marie sa mère et tombèrent, prosternés, devant lui. Et, ouvrant leurs trésors, ils lui offrirent en dons de l'or, de l'encens et de la myrrhe.
Note: Ces trois présents semblent être à l'origine de la légende des "trois rois mages". Le pluriel indique qu'ils étaient au moins deux, mais certains auteurs en ont supposé jusqu'à douze.
12 Et avertis en songe de ne pas retourner vers Hérode, c'est par un autre chemin qu'ils se retirèrent dans leur pays.
Note: Ici, nous avons la preuve de l'invention de ce passage. Tout au plus Matthieu aurait il pu savoir qu'on ne revit plus les mages à Jérusalem, mais en aucun cas il n'aurait pu savoir que c'est parce que les mages furent prévenus en songe.
(Evangile selon St.Matthieu, ch.2)
Note: L'impossibilité de cette "étoile", jointe à l'invention du dernier passage sur les mages, dans le contexte du vague "des mages", et du fabuleux "du levant", nous conduise à conclure, que cette histoire des mages a tout simplement été inventé par Matthieu "ad majorem Christi gloriam".

1777, le père De Mailla mentionne une comète vue en Chine.
5 av JC.
L'année suivante, à la première lune, il parut une comète à l'étoile Kien-niéou.
(Mailla, vol III, p 214)

1783, Pingré mentionne une comète vue 70 jours.
4*
En Chine, sous l'empire de Gay-ti , deuxième année Kien-pìng, à la première & deuxième Lune (vers l'Équinoxe du Printemps ), il parut une Comète dans la constellation Nieou ( tête du Capricorne ): on la vit durant soixante-dix jours a. M. Struyck croit que ce pourroit être la Comète de 1652 b.
a 'Gaubil. Mailla sur l'an 5, t.III, p 214
b. Struyck, 1740, p 21.

(Pingré, p 281)
Note: Dans la chronologie de Pingré, avec année 0, l'an 4 est l'an 5 av. J.C. Les 70 jours semblent venir des papiers du père Gaubil. Quand à l'opinion de Struyck, rappelons nous qu'il prenait la comète de Halley en 12 AC, pour celle de 1661, et inversement prenait le feu St Elme de 503 AC pour la comète de Halley.

1846, Edouard Biot est bref, mais confirme.
-5, vers mars, (2e année Khien-ping, 2e lune), une comète parut dans la division Khien-nieou (déterm. β Capricorne). Elle fut vue environ 76 jours.
(Edouard Biot, Recherches... sur les anciennes apparitions de le comète de Halley, Connaissance des temps pour 1846, p 69)
Note: La qualité des investigations de Biot laisse penser qu'on vit effectivement cette année là, une comète, pendant 76 jours, que seuls les chinois ont mentionné.

Analyse:

illumination de Noël
Cette comète ci est la dernière vue avant l'ère Chrétienne.
Beaucoup d'exégètes s'accordent à placer la naissance de Jésus en 5 ou 6 av. J.C, en accord avec l'évangile de Matthieu.
De nombreux auteurs ont aussi voulu voir une comète dans "l'étoile des mages". Il est remarquable qu'on commence toujours par chercher une explication physique, à un prétendu fait rapporté, avant de se préoccuper de sa réalité. Ici, cette comète est la seule qui conviendrait chronologiquement, pour être interprétée comme "l'étoile des mages". Mais nous avons vu qu'aucun astronome ni historien ne rapporte une observation de comète dans le monde méditerranéen. Qu'elle ait été trop basse sur l'horizon, ou trop peu spectaculaire, elle n'est rapportée qu'en Chine.
Surtout, les renseignements donnés par l'évangéliste Matthieu sont aussi vagues qu'invraisemblables. Son "étoile des mages" ne peut pas avoir été un astre, et il est bien plus probable qu'il s'agit d'une histoire inventée. Nous verrons dans le dernier dossier, consacré spécifiquement à "l'étoile des mages" que cette invention a fait couler beaucoup d'encre, et consommé pas mal de méga-octets et de bande passante.
Mais, l'hypothèse d'une comète s'est incorporée dans le folklore populaire, au point qu'une étoile argentée, à queue scintillante décore bien des sapins de Noël, et que qu'on retrouve le thème de la comète dans les illuminations qui décorent nos villes lors des fêtes de fin d'année.

Dernière mise à jour: 22/12/2014

Accueil Paranormal OVNI Prodiges célestes