593 avant JC
Chaldée, près du fleuve Kebar (actuel Shatt-al-Hillah), Vision d'Ézéchiel: Nuée de feu, entités tetramorphes, roues avec yeux, personnage sur un trone
En réalité: Vision mystique
La vision d'Ézéchiel, pourtant présentée comme telle par son narrateur, va être réinterprétée de diverses façons, et finir en description de vaisseau spatial.
Nous allons voir ce qu'il faut en penser. Mais, attention: vos neurones, comme ceux de tous les commentateurs, vont être mis à rude épreuve.


Cette vidéo est, à l'heure actuelle, la moins mauvaise reconstitution de la vision d'Ézéchiel. A part le mouvement théatral des ailes, les quatre entités sont correctement représentées. Les éclairs de feu sont là, les roues arrivent d'une façon impromptue, mais sont d'une taille effrayante, d'un éclat jaune, et pleines d'yeux tout autour. Le trône à l'éclat du saphir et est entouré d'un arc en ciel. Par contre, il est posé sur une grand plaque de cristal au lieu d'être posé sur une voûte.

Le texte décrivant la vision dans le livre d'Ézéchiel

Le texte
bouton
 lire le dossier 
Le livre d'Ézéchiel commence par la description d'une vision fantastique: une théophanie à grand spectacle. Nous allons d'abord voir l'ensemble de la description d'Ézéchiel dans une traduction moderne. N'ayant pas besoin de respecter ni une liturgie, ni un un système de croyance, nous choisissons une Bible disponible en ligne, et qui ose appeler Dieu par son nom. La Bible de Jérusalem remplit ces conditions. Mais certains passages ne sont pas assez près du texte. Nous avons donc remplacé animaux par êtres animés, chérubins par kéroubim, et chrysolite par pierre de Tharsis.

Descriptions des roues

Les descriptions
bouton
 lire le dossier 
Nous allons voir le détail de la description des roues. Ou plutôt, des descriptions des roues, car le texte d'Ézéchiel étant assez hermétique, il est prudent d'en examiner plusieurs traductions. Et pas des traductions depuis la vulgate, des traductions d'après l'hébreu.
Nous allons donc examiner deux versions juives, une version protestante, trois versions catholiques, et une version oecumenique.
Après examen, il faut bien constater que ces différentes traductions sont loin d'être d'accord entre elles:

Les representations des roues

Les images
bouton
 lire le dossier 
Nous savons à peu près à quoi nous en tenir, pour ce qui est des roues. Il est cependant malheureux qu'il n'existe aucune illustration correcte et complète de l'ensemble du merkava, avec les roues, les entités, les éclairs de feu, la voûte et le trone. La plupart des illustrations anciennes se contente d'une seule roue, souvent mal dessinée, et d'une entité à quatre faces.
Nous avons tout de même sélectionné trois images, parmi les moins inexactes. Mais on attend encore l'illustrateur érudit et compétent qui saura représenter la scène imaginée par Ézéchiel

Les interprétations de la vision d'Ézéchiel

Interprétations
bouton
 lire le dossier 
Nous allons maintenant examiner les différentes interprétations de cette vision d'Ézéchiel. Comme elle est d'une obscurité éblouissante, elle va servir de test de Rorschach à des générations d'exégètes, qui ne se rendront pas compte qu'ils ne font que mettre en évidence le filtre de leur culture.
La vision du chapitre 1, avec ses roues, n'est que le point de départ d'une "abduction", ou Ézéchiel va ètre initié à son role de prophète à travers plusieurs visions. Mais en dehors du domaine religieux, on se désintéressera des autres visions, pour tenter d'expliquer celle des roues, avec d'autant plus de certitude, que les auteurs ont plus de lacunes.

Analyse:
Le texte d'Ézéchiel est formel: C'est une vision divine, qu'il a eu, lui seul, et donc qu'aucun autre témoin ne pouvait voir. Inutile alors d'y voir un phénomène quelconque, naturel ou artificiel. Cette simple constatation suffit déja à ruiner les théories à base de Halo solaire ou d'engin spatial.

Donc, comme tous les "vrais" prophètes, Ézéchiel eu des visions. Pourquoi "vrai" prophète? La Bible n'a pas de mots pour désigner les faux prophètes, et vrais ou faux, tout ceux qui font des prédictions sont des prophètes. Il y avait donc comme aujourd'hui, des quantités de voyants et de devins, que la Bible appelait prophètes, et que nous appellerions aujourd'hui des charlatans.
Ainsi, nous lisons: "Maintenant, envoie rassembler tout Israël près de moi sur le mont Carmel, avec les quatre cent cinquante prophètes de Baal" (1 Rois 18,19). S'opposant à Elie, et vénérant le faux dieu Baal, ils n'en sont pas moins nommés prophètes
et plus loin: "Le roi d'Israël rassembla les prophètes au nombre d'environ quatre cents" (1 Rois 22,6). puis: "Le roi d'Israël et Josaphat, roi de Juda, étaient assis chacun sur son trône, ..., et tous les prophètes étaient en délire prophétique devant eux." (1 Rois 22,10, bible Osty). Ces 400 prétendus prophètes de Yahvé, dans le délire prophétique réglementaire, s'opposent à Michée, qui lui prophétisait, après avoir vu Yahwé assis sur son trone. Ils sont confondus quand la prophétie de Michée s'avère juste, et la leur fausse. Il ne suffit donc pas de délirer, il faut avoir vu Yahvé sur son trône.
Et d'ailleurs, Ezechiel dit clairement: "Ainsi parle le Seigneur Yahvé : Malheur aux prophètes insensés qui suivent leur propre esprit sans avoir eu de vision. (Ezechiel 1,13). Donc le "vrai" prophète à des visions divines. C'est ainsi que les prophètes Samuel, Michée, Isaie, Jérémie (2 fois), Ezechiel (4 fois), Daniel (5 fois), Amos (5 fois) ou Zacharie (8 fois), eurent des visions. Et Daniel dit clairement dans une de ses visions: "Seul, moi Daniel, je contemplais cette apparition; les hommes qui étaient avec moi ne voyaient pas la vision," (Daniel 10,7)
Il s'agit donc bien de visions hallucinatoires, indispensables pour avoir son brevet de prophète.
Mais est il suffisant de voir Yahvé sur son trône? la Bible donne tout de même un critère pour distinguer les vrais prophètes des faux: "Si ce prophète a parlé au nom de Yahvé, et que sa parole reste sans effet et ne s'accomplit pas, alors Yahvé n'a pas dit cette parole-là." (Deutéronome 18,22)
Et c'est là que nous découvrons qu'Ézéchiel fut objectivement un faux prophète. En effet, il prophétisa (ch. 37) le retour des tribus de Juda et d'Israel:
21 dis-leur : Ainsi parle le Seigneur Yahvé. Voici que je vais prendre les Israélites parmi les nations où ils sont allés. Je vais les rassembler de tous côtés et les ramener sur leur sol.
22 J'en ferai une seule nation dans le pays, dans les montagnes d'Israël, et un seul roi sera leur roi à eux tous; ils ne formeront plus deux nations, ils ne seront plus divisés en deux royaumes.

Or, seuls les anciens habitants du royaume de Juda revinrent, alors qu'on parle encore des "tribus perdues d'Israel". Yahvé n'avait donc pas dit ce que qu'avait prétendu Ézéchiel. C'était donc un faux prophète.

D'autre part ce faux prophète semblait mentalement malade. Le commentaire de la Bible Osty en convient: "On relève dans sa carrière de prophète des périodes d'aphasie (3,26; 24,27; 33,22), des crises de catalepsie (3,15) et d'hémiplégie (4,4-6), des actions symboliques étranges (3,1-3; 4,9-15; 5,1-4; 6,11, 12,3; etc.) (La bible Osty, p 1797).
Or puisque c'est un faux prophète, sa vision ne fut certainement pas inspiré par Dieu, ce fut bien l'hallucination d'un malade. Inutile donc de chercher un sens prophétique dans les roues ou les êtres animés.
Les couleurs flamboyantes ou irisées, les charbons ardents lançant des éclairs ont tout l'air d'appartenir à la thématique des hallucinations.

kerubim de Nimrud

Pazuzu (Louvre)
Pour le reste, il nous faut chercher du coté de la culture d'Ézéchiel, ou des symboles ayant cours de son temps. Impossible pour tenter de comprendre la vision, d'ignorer le symbolisme des ailes. Dans l'antiquité, tous les êtres volants connus, oiseaux, insectes, voire chauve-souris, avaient des ailes. On n'imaginait pas un être volant sans ailes, en sorte que ailes=vol, et que tout être censé voler, qu'il s'agisse d'anges, du cheval Pégase, ou du dieu Hermès, était réprésenté avec des ailes. Des ailes tellement petites dans le cas des talonnières d'Hermès, qu'il était évident qu'elles étaient symboliques, et non fonctionnelles.
Pour les keroubim, l'analogie est vite trouvée. Les keroubim appartiennt à la mythologie Chaldéenne, et le palais de Nimrud, dans la région ou habitait le prophète, contenait des bas reliefs montrant des personnages ailés. Les représentations chaldéennes ont tantôt deux ailes, tantôt quatre.
Le personnage sur un trône élevé apparait dans d'autres prophéties biblique, et est un symbole de puissance évident. Michée avait vu Yahvé sur son trône, et Isaie est explicite:
1 L'année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trône grandiose et surélevé. Sa traîne emplissait le sanctuaire.
2 Des séraphins se tenaient au-dessus de lui, ayant chacun six ailes, deux pour se couvrir la face, deux pour se couvrir les pieds, deux pour voler.
3 Ils se criaient l'un à l'autre ces paroles : « Saint, saint, saint est Yahvé Sabaot, sa gloire emplit toute la terre. »
(Isaïe, ch.6)
Les "séraphins", ou plutôt "saraphim", en hébreu, sont en fait des "ardents". Des "ardent" ailés qui rappellent l'apparence enflammée des kéroubim. La différence avec la vision d'Ézéchiel est qu'il n'y a pas de roues, et que les "séraphins" ont 6 ailes. La scène a pour décor le temple, comme pour le deuxième vision d'Ézéchiel, mais cette fois à l'intérieur. La ressemblance est tout de même trop troublante pour être ignorée, d'autant qu'Ézéchiel, de la caste sacerdotale, et vivant un siècle après Isaïe, ne pouvait pas ignorer cette vision.
Pour les roues, nous avons le handicap que nous ignorons si elles sont perpendiculaires, ou concentriques, et si elles ont des rayons. Nous savons seulement qu'elles sont d'une taille effrayante, s'appellent galgal, et que ce mot désignerait la sphère astronomique des Chaldéens. Ezechiel avait peut être vu des représentations de cette sphère. Peut être portaient elles des étoiles tout autour (les yeux), mais c'est là, une hypothèse dans une hypothèse.
Le mouvement des roues lié à celui des êtres, tout comme le bruit d'eaux abondantes (probablement bruit de chute d'eau, et accouphène possible), a peut être une explication en psychiatrie, ainsi que les yeux. mais ce n'est qu'une hypothèse.

Par ailleurs, il reste d'autres éléments propres à corrompre la description de la vision initiale:
La métaphore poétique: domaine où le prophète n'y vas pas avec le dos de la cuillère.
L'affabulation: le prophète, pour ètre un "vrai" prophète, avait intérèt à enrichir son récit.
L'altération des souvenirs: Ézéchiel a prophétisé pendant 22 ans, et n'a pas mis ses visions par écrit. Lorsqu'il les révéla, le souvenir en était probablement altéré.
Les erreurs de transcription: le livre d'Ézéchiel est une compilation d'au moins deux versions, qui ne sont pas rigoureusement identiques.

Au final, il faut être bien fou pour croire à une quelconque réalité des éléments de cette vision: engin intergalactique, chars de combat, halo solaire, autant de réveries qui ne font pas honneur à leurs auteurs. Il faut aussi être bien imprudent pour croire à une seule explication de cette vision, en oubliant son caractère hallucinatoire, et les éléments communs à la vision d'Isaïe.

Une mention spéciale pour le brave révérend Burrell Cannon, qui tenta de faire voler une machine inspirée des roues d'Ézéchiel, dont Dieu ne voulut pas. Il se révéla ainsi un faux prophète de la navigation aérienne, mais surtout, il donna l'exemple de ce qu'il ne faut pas faire, à ceux qui veulent ramener la vision à celle d'un engin de la technologie de leur propre époque.

Accueil Paranormal OVNI Prodiges célestes

Dernière mise à jour: 11/08/2017