1140 avant JC
Mésopotamie, comète de Nabuchodonosor I
En réalité: bolide et ses présages
Note: La date, qui est fausse, est celle citée comme parole d'évangile depuis G.F. Chambers. Les premiers investigateurs disaient 1150.

Nabuchodonosor I (qu'il ne faut pas confondre avec Nabuchodonosor II, celui de la bible), fut roi de Babylone de 1125 environ à 1104 av. J.-C. Il est surtout connu pour avoir vaincu les Elamites sur leur propre territoire. Une tablette cunéiforme mentionnerait un phénomène céleste survenu durant cette campagne.

1870, impression du relevé d'une tablette cunéiforme.

C'est à Henry Creswicke Rawlinson, militaire, diplomate et orientaliste, que nous devons le déchiffrement de l'écriture cunéiforme, en utilisant l'inscription trilingue de Behistun, comme Champollion la "pierre de Rosette". En 1870, il commence à publier The Cuneiform Inscriptions of Western Asia. Certaines tablettes ont des sujets astrologiques. En particulier, celle reproduite sur la planche 52 du volume 3:



(les lignes numérotées en rouge sur fond ocre sont celles traduites plus loin)
(Sir H. C. Rawlinson, The cuneiform inscriptions of western asia, vol 3, astrological fragments, plate 52)

entre 1870 et 1875, George Smith utilise la tablette dans son Histoire de Babylone.


George Smith
George Smith fut un pionnier de l'assyriologie, a qui on doit la découverte et la traduction de l'épopée de Gilgamesh. Il mourut en 1876, mais son oeuvre The History of Babylonia, fut publiée en 1877 par Archibald H. Sayce

Nebuchadnezzar invaded Elam in revenge for the continual plundering expeditions sent out from that country, and a remarkable circumstance is mentioned with respect to this time. When the king was on the expedition, an enormous comet appeared, the tail of which stretched like a great reptile, from the north to the south of the heavens.
Nabuchodonosor envahit l'Elam en représailles des expéditions de pillage continuels envoyées depuis ce pays, et une circonstance remarquable est mentionnée par rapport à cette période. Alors que le roi était en expédition, une énorme comète apparut, dont la queue s'étirait comme un grand reptile, du nord au sud des cieux.
Note: La dernière phrase est aventureuse. Nous allons voir que le premier passage parle d'une étoile brillante comme le jour, avec une queue incurvée (comme pour un bolide), et le second d'une grande étoile allant d'un point du ciel à un autre. C'est donc Smith qui parait à l'origine de l'interprétation par une comète.
(George Smith, The History of Babylonia, Society for promoting christian knowledge, 1877, p. 96)

1875, tentative de traduction détaillée de la tablette.


W. H. Fox Talbot
William Henry Fox Talbot est surtout connu comme pionnier de la photographie, mais il était aussi mathématicien, physicien, philologue et s'intéressait à l'archéologie. C'est ce qui nous vaut cette tentative de traduction de la tablette vue plus haut.
Nous allons voir qu'il est dommage qu'il n'ait pas été aussi compétent en astronomie qu'en photographie.
NOTICE OF A VERY ANCIENT COMET.
FROM A CHALDEAN TABLET.
BY H.F.TALBOT F.R.S.
...
This interesting tablet was pointed out to me by Mr.G.Smith, to whom I am likewise indebted for a clear explanation of it, accompanied by the necessary proofs.

...
NOTIFICATION D'UNE TRES ANCIENNE COMETE
SUR UNE TABLETTE CHALDEENNE
PAR H.F.TALBOT F.R.S.
...
Cette intéressante tablette m'a été signalée par M.G.Smith, à qui je suis également redevable d'une explication claire d'elle, accompagnée des preuves nécessaires.

FIRST PORTION
1. The star is hairy: its orb (or crown) is like a shining light
2. and it has a tail receding from it like a creeping Scorpion
[Then the tablet goes on to say that this is an excellent omen por the peace and prosperity of the land. This I omit.]
SECOND PORTION
3. A great star from the Northern horizon
4. unto the Southern horizon
5. extends its measure like a creeping [scorpion's tail]
THIRD PORTION
6. This on the face of the tablet [was written]
7. at the time when Nebuchadnezzar had marched into the land of Elam.
PREMIERE PARTIE
1. L'étoile est chevelue: son globe (ou couronne) est comme une brillante lumière.
2. et elle a une queue s'éloignant d'elle comme un scorpion rampant.
[ensuite la tablette continue pour dire que ceci est un excellent présage pour la paix et la prospérité du pays. Ce que j'omet]
Note: Cette omission est regrettable, car le passage omis était peut-être le plus important en nous faisant comprendre qu'il s'agissait d'une règle astrologique, et non d'une observation: Quand parait une étoile brillante avec une queue de scorpion, alors il faut s'attendre à...
DEUXIEME PARTIE
3. Une grande étoile depuis l'horizon nord
4. jusqu'à l'horizon sud
5. étend sa mesure comme une rampante [queue de scorpion]
TROISIEME PARTIE
6. Ceci sur la face de la tablette [a été écrit]
7. à l'époque ou Nabuchodonosor avait marché dans le pays d'Elam

Note: La dernière ligne de la première partie ne commençant qu'à la moitié, alors qu'il faut lire de gauche à droite, il semblerait que la seconde partie n'ait rien à voir avec la première.
  The italic words within brackets are broken off but they are easily restored.
les mots en italique entre crochets sont effacés mais sont facilement restaurés
Note: malheureusement ce genre de restauration est risqué, puisque basé sur un contexte supposé.
  This great comet therefore appeared in the days of Nebuchadnezzar the first. This ancient monarch may be estimated to have reigned about the year 1150 B.C.
  The tail of a comet cannot have extended quite literally from the north to the south horizon, but supposing its head to have risen a little above the south horizon, its tail may have reached considerably beyond the zenith: for this immense length is recorded of other comets, notably of that which appeared in Newton’s time, in the year 1680. And it is not impossible that this may have been a former appearance of the same comet. For, astronomers give a period of 575 years, or thereabouts, as the length of one revolution of this comet in its orbit. Therefore if we calculate backwards from 1660 (five revolutions) we find that it appeared about the year B.C. 1195. Let us now see how far this agrees with the date of Nebuchadnezzar's reign.
Cette grande comète est donc apparue à l'époque de Nabuchodonosor premier. On peut estimer que cet ancien monarque a régné autour de l'an 1150 av. J.C.
La queue d'une comète ne peut pas s'ètre étendue presque littéralement de l'horizon nord à l'horizon sud, Mais, en supposant que sa tête s'était élévée un peu au-dessus de l'horizon sud, sa queue peut ètre arrivée considérablement au-delà du zénith. Car cette immense longueur est enregistrée d'autres comètes, notamment de celle qui est apparu à l'époque de Newton, en l'an 1680. Et il n'est pas impossible que cela peut avoir été une ancienne apparition de la même comète. car, les astronomes donnent une période de 575 ans, ou à peu près, comme la durée d'une révolution de cette comète dans son orbite. Par conséquent, si nous calculons à rebours à partir de 1660 (cinq révolutions), nous constatons qu'elle est apparue vers l'an 1195 av. J.C.. Voyons maintenant jusqu'à quel point ceci s'accorde avec la date du règne de Nabuchodonosor.

Note: Ce calcul fait par Halley était caduc en 1875, puisqu'en 1783 Pingré avait publié, pour la période de la comète de 1680, le chiffre de 15874 ans, que Encke avait ramené à 8813 ans au siècle suivant.
  Sennacherib says in the Bavian inscription that when he conquered Babylon (about B.C. 704) he recaptured the images of the gods which Marduk-haddon had captured from the Assyrians 418 years before, and therefore about the year 1122. Now, Nebuchadnezzar was the predecessor of Marduk-haddon, adding therefore 33 years for one generation we get B.C. 1155 for the date of Nebuchadnezzar’s reign. But a rough calculation gives (as l have said) B.C. 1195 as the date of the comet. The difference is 40 years, which is not much, considering the various elements of uncertainty which exist, as to the duration of the reigns of the two Babylonian monarchs, as well as the great perturbations which the orbit of the comet may have experienced during the lapse of so many ages. Moreover the difference disappeaers if we suppose that Marduk-haddon captured the Assyrian gods in the 40th year of his reign, and not in his first, year. But we have no information on this point.
Sennachérib dit dans l'inscription de Bavian que quand il conquit Babylone (environ 704 av. J.C.), il reprit les images des dieux que Marduk-Haddon avait capturés dans chez les Assyriens 418 ans auparavant, et donc vers l'an 1122. Maintenant, Nabuchodonosor était le prédécesseur de Marduk-Haddon, en ajoutant donc 33 ans pour une génération nous obtenons 1155 av. J.C. pour la date du règne de Nabuchodonosor. Mais un calcul approximatif donne (comme je l'ai dit) 1195 av. J.C. comme date de la comète. La différence est de 40 ans, ce qui n'est pas beaucoup, compte tenu des divers éléments d'incertitude qui existent, tant pour la durée des règnes des deux monarques babyloniens, que pour les grandes perturbations que l'orbite de la comète pourrait avoir subi au cours tant de siècles. En outre, la différence disparaît si nous supposons que Marduk-Haddon a capturé les dieux assyriens dans la 40e année de son règne, et non dans sa première année. Mais nous ne disposons d'aucune information sur ce point.
Note: L'auteur ajoute des hypothèses à des données approximatives pour essayer de faire coincider les dates du règne de Nabuchodonosor I, avec celle, prouvée fausse, du retour d'une comète, dont la tablette ne parle même pas puisque la première partie évoque un bolide, avec ses présages, et la seconde un phénomène plus vaguement décrit mais qui pourrait être un bolide aussi.
Nous allons voir plus loin que le texte brut est beaucoup moins sûr que la traduction précédente ne le laisse penser.

  I will now give the cuneiform text with some observations upon it.
Je vais maintenant donner le texte en cuneiforme avec quelques observations à son propos
Note: nous ne donnons ici que la transcription, les caractères cuneiformes que mentionne ausi l'auteur, se trouvant sur l'image du haut.
Line 1. Kakkab
The star
l'étoile
sur-ma:
was hairy:
était chevelue
zirir-su
its orb (or crown)
son globe
kima
was like
était comme
udda
a light
une lumière
namir
shining
brillante
Note: ici l'auteur fait une remarque sur le sens de sur-ma.
Line 2. As zarari-su
receding from it
s'éloignant d'elle
kima
like a
comme
namasti
creeping
rampant
girtab
scorpion
scorpion
kun
a tail
une queue
isakin
it had
elle avait
Note: ici l'auteur fait une remarque sur le sens de As zarari-su, et girtab.
Line 3. kakkab
star
l'étoile
rabu
great
grande
ultu
from
depuis
tib
the horizon
l'horizon
......
[north]
[nord]
Line 4. ana
to
à
tib
the horizon
l'horizon
......
south
sud
Line 5. misikh-su
its measure
sa mesure
kima
like a
comme une
namasti
creeping
rampante
......
[scorpion's tail]
[queue de scorpion]
Line 6. anniu
this
Ceci
sha
on the face
sur la face
pi
of
de
dippi
the tablet
la tablette
......
[was written]
[fut écrit]
Line 7. ki
when
quand
Nabukudu-ussur
Nebuchadnezzar
Nabuchodonosor
mat
the land
le pays
Elamti
of Elam
d'Elam
itbuni
had gone to
vint au
Observations. - Tib probably means the horizon.

Observations. - Tib signifie probablement l'horizon
Note: L'auteur fait donc une reconstitution (le nord), sur la base d'une supposition (l'horizon).
Si on ajoute que la queue de scorpion évoque la trainée rémanente d'un bolide, et que le seconde partie n'a rien à voir avec la première, on comprend que l'hypothèse de la comète, pieusement reprise par Talbot, ne sort que de l'imagination de George Smith.

(H. F. Talbot, Notice of a very ancient comet, Transactions of the society of biblical archeology, vol. IV, 1876, p. 257)

1877, Archibald Henry Sayce lance la traduction qui sera reprise comme parole d'évangile.


A. H. Sayce
Le révérend Archibald Henry Sayce fut un éminent assyriologue britannique, qui avait déja publié en 1874 une étude sur l'astronomie et l'astrologie des Babyloniens. Son autorité fit que sa traduction de la tablette fut citée comme parole d'évangile.
"a comet arose, whose body was bright like day, while from its luminous body a tail extended, like the sting of a scorpion". It moved from north to south and was accounted as presage of good fortune.
"Une comète apparut, dont le corps était brillant comme le jour, pendant que de son corps lumineux une queue s'étendait, comme le dard d'un scorpion". Elle allait du nord au sud et fut comptée comme un heureux présage.
Note: La première phrase se présente comme une traduction, la seconde comme un résumé. Cette traduction fausse, sera malheureusement reprise constamment jusqu'à aujourd'hui.
(A. H. Sayce, Babylonian literature, Samuel Bagster & sons, 1877, p. 52)

1880, S.J. Johnson propose d'ajouter la comète au catalogue de Chambers.

The following will not be found in that work:
  B.C. 1150 ±. A comet recorded in the assyrian inscriptions, and mentioned by Rev. A. H. Sayce in his "Babylonian Literature" At the time Nebuchadnezzar I. overran Elam, about B.C.1140, "a comet arose, whose body was bright like the day, while from its luminous body a tail extended like the sting of a scorpion". It moved from north to south and was accounted as presage of good fortune. How different from the inference usually drawn from these objets in subsequent ages.

On ne trouvera pas ce qui suit dans cet ouvrage.
  vers 1150 av.J.C. Une comète enregistrée dans les tablettes assyriennes, et mentionnée par le révérend A.H.Sayce dans son "Babylonian Literature" à lépoque où Nabuchodonosor I envahit l'Elam vers 1140 av. J.C. "une comète apparut, dont le corps était brillant comme le jour, pendant que de son corps lumineux une queue s'étendait, comme le dard d'un scorpion". Elle allait du nord au sud et fut comptée comme un heureux présage. Quelle différence avec la déduction habituellement tirée de ces objets aux époques suivantes.

Note: "cet ouvrage" c'est l'édition 1876 du Handbook de Chambers. La prétendue différence vient tout simplement de ce que ce texte n'est pas une traduction correcte.
(S. J. Johnson, Remarks on comets, Astronomical Register vol. 18, p.316)

1889, G.F. Chambers complète son catalogue.


G. F. Chambers
George Frederick Chambers, initié à l'astronomie par son oncle, publia son premier livre A Handbook of Descriptive and Practical Astronomy, à l'age de 19 ans. Il fit des études de droit, mais finit par se consacrer à la vulgarisation scientifique en écrivant de nombreux livres d'astronomie. En 1889, il publie une dernière édition de son "Handbook" et y ajoute la comète suggérée par Johnson.
[3] 1140 ±. At the time Nebuchadnezzar I. overran Elam "a comet arose, whose body was bright like the day, while from its luminous body a tail extended, like the sting of a scorpion". - (A.H. Sayce, Babylonian Inscriptions.)
[3] vers 1140 av.J.C. à lépoque où Nabuchodonosor I envahit l'Elam "une comète apparut, dont le corps était brillant comme le jour, pendant que de son corps lumineux une queue s'étendait, comme le dard d'un scorpion".
Note: on voit que le texte est repris de celui de A.H. Sayce. La date de 1150, donnée par Talbot, est abandonnée pour se rapprocher des dates plus vraisemblables du règne de Nabuchodonosor I.
(George F. Chambers, A Handbook of descriptive and practical astronomy, Clarendon Press, 1889, p 552)

1895, Rose O'Halloran vulgarise la légende.


Rose o'Halloran
Rose O'Halloran, née en Irlande, près de Tipperary, s'intéressa jeune à l'astronomie, et émigra aux Etats-Unis, où elle s'installa à San Francisco. Elle donna des cours d'astronomie dans diverses écoles et se fit une renommée dans l'obsevation des taches solaires et des étoiles variables. Elle écrivit beaucoup d'articles dans le San Francisco Chronicle et le San Francisco Call, comme celui ci.
COMETS AND THEIR PECULIARITIES
By Rose O'Halloran, the Most Noted Woman Astronomer in America.
______________________________________________________________
  A comet arose whose head was bright like the day, while from its luminous body a tail extended, like the sting of a scorpion.
This record, for which astronomy is indebted to archaeological researches among the ruins of Babylon, is ascribed to the year 1140 B.C. and is the earliest reliable account of the appearance of a comet.

LES COMETES ET LEURS PARTICULARITES
Par Rose O'Halloran, la plus remarquable femme astronome en Amérique.
______________________________________________________________
  une comète apparut dont la tête était brillante comme le jour, pendant que de son corps lumineux une queue s'étendait, comme le dard d'un scorpion.
Ce témoignage, pour lesquels l'astronomie est redevable aux recherches archéologiques parmi les ruines de Babylone, est attribuée à l'année 1140 av. J.C. et est le premier compte-rendu fiable de l'apparition d'une comète.

Note: Fiable? Hum! Avec tout le respect qu'on doit à une si remarquable vulgarisatrice, il faut bien remarquer qu'elle n'a vulgarisé ici qu'une rumeur savante, qui avait déja infecté les livres de vulgarisation.
(The San Francisco Call, , 22 septembre 1895, p. 16)

1903, William Thynne Lynn expose ses doutes.

William Thynne Lynn ne fut jamais qu'assistant à l'observatoire de Greenwich, mais on a de lui de nombreuses communications, signées W.T. Lynn, dans des revues scientifiques, car il écrivit beaucoup pendant sa retraite. Il fut ainsi un bon vulgarisateur, qui fit pas mal de mises au point. Ici, il en fait une sur la prétendue comète.
A supposed Ancient Comet.
GENTLEMEN,-
  The late W. H. Fox Talbot (best known as the inventor of the talbotype process, which, with the daguerreotype of M. Daguerre, invented about the same time, formed the first beginning of the modern art of photography) published in the fourth volume of the 'Transactions of the Biblical Archaeological Society’ (1875) a decipherment of a Chaldzean inscription on a tablet purporting to be of the time when Nebuchadrezzar I. was entering upon an expedition against the Elamites, and giving an account of an extraordinary appearance in the heavens, which Fox Talbot suggested might be a return of Newton’s Comet of 1680. This was of course founded upon the well-known conjecture of Halley that that comet had a period of about 575 years, and might be identified with the Pleiad supposed to be lost about the time of the Trojan war, with the comet seen after the death of Julius Caesar, and others. Later calculations, particularly those of Encke, have, however, shown that the period of the comet of 1680, if really elliptic, amounts to not hundreds, but thousands of years, and cannot have appeared before Within historic times. Mr. Packer, in a recent number of the English Mechanic, suggested that the Chaldaean inscription referred to an appearance of the great comet of 1811, which has been calculated to have a period of about 3065 ± 43 years. The date of the reign of Nebuchadrezzar I. is subject to a good deal of uncertainty. According to Prof. Sayce his accession took place between B.C. 1210 and 1140 (not far, by the way, from the traditional date of the Trojan war), the earliest of which is subsequent to the most probable date of the preceding appearance of the comet of 1811.
Une présumée comète ancienne.
Messieurs -
  Le défunt W. H. Fox Talbot (mieux connu comme l'inventeur du Talbotype, qui, avec le Daguerrotype de M.Daguerre, inventé vers la même époque, a établi le commencement de l'art moderne de la photographie) a publié dans le quatrième volume des 'transactions de la Société biblique archéologique' (1875) un déchiffrement d'une inscription chaldéenne sur une tablette censée être de l'époque où Nabuchodonosor entreprenait une expédition contre les Elamites, donnant un récit d'une apparition extraordinaire dans les cieux, que Fox Talbot a suggéré pouvoir être un retour de la comète de Newton de 1680. C'était bien sûr fondée sur la conjecture bien connue de Halley que cette comète avait une période d'environ 575 années, et pourrait être identifié avec la Pléiade censé être perdu à l'époque de la guerre de Troie, avec la comète vu après la mort de Jules César, et d'autres. Des calculs ultérieurs, en particulier ceux de Encke, ont cependant montré que la période de la comète de 1680, si vraiment elliptique, se monte, non des centaines, mais à des milliers d'années, et ne peut pas être appru aux temps historiques. M. Packer, dans un numéro récent du English Mechanic, a suggéré que l'inscription Chaldéenne se rapportait à une apparition de la grande comète de 1811, dont on a calculé qu'elle a une période d'environ 3065 ± 43 ans. La date du règne de Nabuchodonosor II. est l'objet d'une grande incertitude. Selon le professeur Sayce son accession a eu lieu entre 1210 et 1140 av. J.C. (non loin, d'ailleurs, de la date traditionnelle de la guerre de Troie), dont la plus ancienne est postérieure à la date la plus probable de l'apparition précédente de la comète de 1811.

  But before we discuss whether the Chaldaean inscription refers to a return of that comet, it may be well to consider whether it refers to a comet at all. Lately I wrote therefore to Dr. T. G. Pinches, formerly of the British Museum, asking him kindly to furnish me with his rendering of the words on the tablet. In his answer he says :-“ The following is the best rendering I can make: ‘(If) a star shine forth and its shining is bright like the day, (and) in its appearance (or brightness) there is (something) like a creeping thing, a scorpion (with) a tail; this omen is lucky,’ &c.
  Delitzsch, in his Dictionary, does not venture to translate the passage, and there is in fact considerable doubt as to the exact rendering of the lines, notwithstanding that the meanings of most of the words are well known.”
  Dr. Pinches adds that he is himself “ unable to come to a conclusion whether the object referred to be a comet or merely a meteor ”; and probably most of us will take the same View.
Yours faithfully,
Blackheath, 1903, Sept. 15. W. T. LYNN.
  Mais avant de discuter de savoir si l'inscription chaldéenne se rapporte à un retour de cette comète, il peut être bon de se demander si elle se rapporte au moins à une comète. Dernièrement, j'ai donc écrit au Dr. T. G. Pinches, autrefois au British Museum, en lui demandant de bien vouloir me fournir son interprétation des mots sur la tablette. Dans sa réponse, il dit: - "Ce qui suit est la meilleure traduction que je peux faire: '(Si) une étoile brille immédiatement et son éclat est brillant comme le jour, (et) dans son apparence (ou luminosité) il y a (quelque chose) comme un reptile, un scorpion (avec) une queue; ce présage est heureux,' etc.
  Delitzsch, dans son Dictionnaire, ne se hasarde pas à traduire le passage, et il y a en fait un doute considerable quant à l'exacte traduction des lignes, bien que que les significations de la plupart des mots sont bien connus."
  Le Dr Pinches ajoute qu'il est lui-même «incapable d'arriver à conclue si l'objet rapporté est une comète ou simplement un météore"; et probablement la plupart d'entre nous aura la même vision.

  PS. (Oct. 5).-Since the above was written, I have received another letter from Dr. Pinches with regard to the second part of the inscription, which is, he says, “ more incomplete and difficult than Fox Talbot’s translation indicates.” The following is the best rendering he can make :-"A great star from the point (?) of. . . .to the point (?) of the Earth. . . . Its shining like a creeping thing-a scorpion,” with another similitude of not much significance.
  It is hard to say what is meant by “from the point. . . .to the point,” unless it be from near one point in the horizon to another. It seems to me that it is more likely to refer to a meteor than a comet. But a very interesting point in Dr. Pinches’s second letter is that the second section is probably not from the same inscription as the first, and that the first had nothing to do with Nebuchadrezzar I and his expedition into Elam, but was a totally different appearance from that recorded in the so-called second section, and probably earlier.-W. T. L.

  PS. (5 octobre) .-Depuis que ce qui précède a été écrit, je l'ai reçu une autre lettre du Dr Pinches à l'égard de la deuxième partie de l'inscription; qui est, dit-il, "plus incomplète et difficile que la traduction de Fox Talbot ne l'indique." Ce qui suit est la meilleure traduction qu'il puisse faire: -" Une grande étoile du point (?) de. . . .au point (?) de la Terre. . . . Son éclat comme un reptile-un scorpion," avec une autre similitude de peu de signification.
  Il est difficile de dire ce que l'on entend par "du point. . . .au point, " à moins que ce soit de près d'un point de l'horizon à un autre. Il me semble que c'est plus susceptible de se rapporter à un météore qu'à une comète. Mais un point très intéressant dans la deuxième lettre du Dr Pinches est que la deuxième section n'est probablement pas de la même inscription que la première, et que la première n'a rien à voir avec Nabuchodonosor I et son expédition en Elam, mais était une apparition totalement différente de celle enregistrée dans la dite deuxième section, et probablement antérieure.

Note: Résumons. La première partie de la tablette n'a rien a voir avec les deux suivantes et n'est donc pas datée. C'est probablement la description d'un bolide et des heureux présages qu'il annonce. La deuxième partie évoque un phénomène qui aurait eu lieu pendant la campagne d'Elam, mais n'évoque également qu'un bolide.
Cet article aurait du mettre fin à la légende... à condition qu'il soit lu. Mais nous allons voir que, à part Gary Kronk, personne ne semble l'avoir lu.

(W.T.Lynn, A supposed Ancient Comet, The Observatory, nov. 1903, p 422)

1909, G.F. Chambers classe la comète parmi les comètes d'orbite incertaine.

Ce grand vulgarisateur qu'était Chambers ne pouvait laisser passer l'occasion du prochain passage de la comète de Halley, sans en profiter pour écrire un livre. Aussi publie-t-il en 1909 un ouvrage sur les comètes, leurs aspects, leurs orbites et leur histoire.
[1.] B.C. 1140 ±. " Nebuchadnezzar invaded Elam in revenge for the continual plundering expeditions sent out from that country, and a remarkable circumstance is mentioned with respect to this time. When the king was on the expedition an enormous comet appeared, the tail of which stretched like a great reptile from the N. to the S. of the heavens.'' (G. Smith, Hist. of Babylonia, S.P.C.K., p. 96.) [This seems to be the same comet as that mentioned in the same connection by Sayce in his Babylonian Inscriptions.]
[1.] vers 1140 av.J.C. "Nabuchodonosor envahit l'Elam en représailles des expéditions de pillage continuels envoyées depuis ce pays, et une circonstance remarquable est mentionnée par rapport à cette période. Alors que le roi était en expédition, une énorme comète apparut, dont la queue s'étirait comme un grand reptile, du nord au sud des cieux." (George Smith, History of Babylonia, S.P.C.K., p. 96.) [Cela semble être la même comète que celle mentionnée dans le même registre par Sayce dans ses Babylonian Inscriptions.]
Note: Il ne semble pas que Chambers ait lu l'article de Lynn, sans quoi il aurait tout simplement éliminé cette comète. Ici, il classe simplement la comète avec celles pour lesquelles on manque de renseignements.
(George F. Chambers, The story of the comets, Clarendon Press, 1909, p 242)

1910, Edwin Emerson récupère l'histoire pour remplir son livre.


Edwin Emerson
Edwin Emerson Jr, intrépide journaliste, plusieurs fois correspondant de guerre, se laissa aller à écrire un ouvrage de circonstance pour le passage de la comète de Halley. Il y mentionne, sans esprit critique, diverses observations anciennes de comète.

Babylonian cuneiform inscriptions tell us that about 575 B. C., when Nebuchadnezzar overran Elam, " a star arose whose head was bright as day, while from its luminous body a tail extended like the sting of a scorpion."
Des inscriptions cuneiformes babyloniennes nous disent que vers 575 av. J.C., quand Nabuchodonosor envahit l'Elam, "Une comète apparut dont le corps était brillant comme le jour, pendant que de son corps lumineux une queue s'étendait comme le dard d'un scorpion".
Note: L'intrépide Emerson n'a pas non plus peur d'écrire des bétises, car il confond Nabuchodonosor I avec celui de la Bible, en plaçant l'histoire en 575 av. J.C.
(Edwin Emerson, Comet Lore, The Schilling Press, 1910, p 33)

1930. Charles Pollard Olivier ignore Lynn et continue de colporter la légende.


C. P. Olivier
Charles Pollard Olivier, fondateur de l'American Meteor Society, professeur d'astronomie au Agnes Scott College, puis directeur de l'observatoire de l'université de Pennsylvanie, pouvait bien passer pour une autorité quand, en 1930, il rédigea Les comètes. Malheureusement, il semble qu'il ne savait pas reconnaitre un bolide quand il ne l'avait pas vu lui même.
Comets are mentioned in the extensive literature from the Euphrates Valley which has been slowly unearthed and translated. As a specimen we quote that referring to the comet of 1140 B.C. The tablet gives an account of a campaign in Elam and states “a comet arose whose body was bright like the day, while from its luminous body a tail extended, like the sting of a. scorpion.” 1
1 A. H. Sayce, Babylonian Inscriptions.

Les comètes sont mentionnées dans la vaste littérature de la vallée de l'Euphrate qui a été lentement découverte et traduite. Comme un spécimen nous indiquons ce qui se rapporte à la comète de 1140 av. J.C. La tablette donne un récit d'une campagne en Elam et énonce "Une comète apparut, dont le corps était brillant comme le jour, pendant que de son corps lumineux une queue s'étendait, comme le dard d'un scorpion"
Note: Olivier a beau écrire un livre sur les comètes, il n'a pas l'air de s'y connaitre beaucoup, car juste après avoir mentionné cette fausse comète, il mentionne le bolide vu par Timoléon, comme une comète. Il récidive aussitôt en confondant le bolide mentionné par Sénèque pour l'an 147 av. J.C. avec une comète.
(Charles P. Olivier, Comets, Williams & Wilkins Company, 1930, p 2)

1967, Meme les quotidiens américains s'en mèlent.
Comets worthy of comment
...
As long ago as 1140 B.C. a tablet from the valley of the Euphrates river tells us that "a comet arose whose body was bright like the day, while from its luminous body a tail extended, like the sting of a scorpion".

Comètes dignes de commentaires
...
Il y a aussi longtemps que 1140 av. J.-C. une tablette de la vallée de l'Euphrate nous dit que: "Une comète apparut, dont le corps était brillant comme le jour, pendant que de son corps lumineux une queue s'étendait, comme le dard d'un scorpion."

(Evening independant, 10 juin 1967, p 11-A)
Note: L'article est de Richard J. Hickman, directeur du planetarium du St Petersburg Junior College, en Floride. C'est donc un vulgarisateur, et en bon vulgarisateur, il reprend les légendes savantes des bons livres de vulgarisation.

1982, Clube et Napier fond du Vélikowsky sans vouloir l'admettre.

Malgré l'allure pseudo-scientifique de leur théorie, Victor Clube et Bill Napier sont bien deux astronomes. Les commentaires des scientifiques s'accordent à y voir une théorie catastrophiste, ressemblant au billard cosmique de Vélikowsky, mais ils se défendent de faire du Vélikowsky. Ils font du "catastrophisme cohérent", c'est à dire qu'ils ne gardent de Vélikowsky que ce qui les arrange, et en récusent ce qui ne les arrange pas. En attendant, ils citent la fausse comète de Nabuchodonosor.
A comet arose whose body was bright like the day, while from its luminous body a tail extended, like the sting of a scorpion.
Une comète apparut dont le corps était brillant comme le jour, pendant que de son corps lumineux une queue s'étendait, comme le dard d'un scorpion.
Note: On reconnait la traduction de Sayce, vieille de plus d'un siècle.
(Victor Clube & Bill Napier, The cosmic serpent, Universe Books, 1982, p 204)

1982, Joseph L. Brady y verrait bien la comète de Halley.


Joseph L. Brady
Joseph Lajus Brady fut un expert en mécanique céleste qui travailla sur les orbites de comètes à longue période. Il est surtout connu pour avoir fait la prédiction malheureuse de la "planète X", une grosse planète transneptunienne dont on a pas retrouvé de traces. Il a beaucoup étudié la comète de Halley, dont il a essayé de retrouver l'orbite dans les temps anciens.
-1142 Apr. 15.504
31 G. Smith, in his History of Babylonia, reports that at the time that Nebuchadnezzar invaded Elam , there appeared an enormous comet, the tail of which stretched like a great reptile from the north to the south of the heavens.
32 A. H. Sayce, in his Babylonian Inscriptions, gives the following account of a comet seen during the campaign in Elam about 1140 BC: "...a star arose whose body was bright like the day, while from its luminous body a tail extended, like the tail of a scorpion”.

15 avril -1142, 12H
Note: Il s'agit de la date calculée du passage de la comète de Halley à son périhélie.
31 G. Smith, dans son History of Babylonia, rapporte que à l'époque où Nabuchodonosor envahit l'Elam, apparut une énorme comète, dont la queue s'étirait comme un grand reptile du nord au sud du ciel.
32 A. H. Sayce, dans son Babylonian Inscriptions, donne le compte rendu suivant d'une comète vu pendant la campagne en Elam vers 1140 avant JC: "... une étoile apparut dont le corps était brillant comme le jour, tandis que de son corps lumineux une queue s'étendait, comme la queue d'un scorpion"

Note: Brady ne se rend pas compte qu'il ne s'agit pas de deux observations différentes, mais de deux interprétations d'une même inscription. De plus, en supposant qu'il s'agisse bien d'une comète observée sous Nabuchodonosor I, cela placerait son observation entre 1125 et 1104 av. J.C. et non 1143 av. J.C. Et comme nous savons qu'il ne s'agit pas de l'observation d'une comète, il faut bien admettre que Brady ne fait ici que de la Halleyomanie.
(Joseph L. Brady, Halley's comet: AD 1986 to 2647 BC, Journal of the British Astronomical Association, vol.92, no.5, p.209-215)

1990, Michael Rowan-Robinson perpétue la légende.


Michael. R. Robinson
Michael Rowan-Robinson, astrophysicien et spécialiste des observatoires spatiaux, fut ausi président de la Royal Astronomical Society jusqu'en 2008. C'est dire le niveau. Mais en tant que vulgarisateur, il fait comme ses prédécesseurs, et cite une information qui lui parait sérieuse.
a comet arose whose body was bright like day, while from its luminous body a tail extended, like the sting of a scorpion.
Une comète apparut, dont le corps était brillant comme le jour, pendant que de son corps lumineux une queue s'étendait, comme le dard d'un scorpion.
(Michael Rowan-Robinson, Our Universe: An Armchair Guide, W H Freeman & Co, 1990, p 1)

1999, Gary Kronk classe la comète comme douteuse.

Dans sa monumentale Cometography, Gary Kronk réserve un chapitre pour les apparitions douteuses de comètes, et y classe la prétendue comète, prétendument apparue en 1140 av. J.C.

Gary Kronk
In the book History of Babylonia, by George Smith, a comet is reported for the year -1140, when the Babylonian king Nebuchadnezzar I invaded Elam (a kingdom of ancient Asia, roughly corresponding to the present day province of Khuzistan, Iran). It is described as very bright and extending from the north to the south like the tail of a scorpion. W. T. Lynn (1903) wrote, "It seems to me that it is more likely to refer to a meteor than a comet." Babylonian scholar Hermann Hunger has said the account came from an erroneous translation.

SOURCES: G. Smith, History of Babylonia, London: Society for promoting Christian Knowledge (1884), p. 96; G. F. Chambers (1889), p. 552; W. T. Lynn, Observatory, 26 (1903 Nov), pp. 422-3; G. F. Chambers (1909), p. 242; C. P. Olivier, Comets. Baltimore (1930), p. 2; l. Hasegawa (1980), p. 63; personal correspondence from Herman Hunger (1996).

Dans le livre History of Babylonia, par George Smith, une comète est rapporté pour l'année -1140, lorsque le roi babylonien Nabuchodonosor envahit Elam (un royaume de l'ancienne Asie, correspondant à peu près de nos jours à la province du Khuzestan, Iran). Il est décrit comme très lumineux et étendant du nord au sud comme la queue d'un scorpion. W. Lynn T. (1903) écrivit: "Il me semble que c'est plus susceptible de se rapporter à un météore qu'à une comète." Le chercheur babylonologue Hermann Hunger a dit que le récit provenait d'une traduction erronée.
(Kronk, p 509)
Note: Gary Kronk semble être le seul à avoir tenu compte de l'article de W.T. Lynn. Cependant, même sans avoir consulté Hermann Hunger, même sans avoir lu W.T. Lynn, mais seulement la tentative de traduction de Talbot, on voit bien que le texte ne se rapporte pas à l'observation d'une comète.

2004, Brandt et Chapman.

John Brandt est astrophysicien et a dirigé un service au Goddard Space Flight Center de la NASA. Robert Chapman fut professeur d'astronomie à l'université de Californie, puis fit de la recherche au Goddard Space Flight Center. Ensemble ils ont écrit, en 1981, un ouvrage qui traitait des différents aspects de la science des comètes. Malheureusement, eux non plus ne semblent pas avoir lu l'article de W.T.Lynn.
we do have some very old records of comets. Amongst the oldest is a Babylonian inscription interpreted as a reference to the comet of 1140 B.C. "a comet arose whose body was bright like the day, while from its luminous body a tail extended, like the sting of a scorpion".
Nous avons quelques très vieux témoignages de comètes. Parmi les plus anciens est une inscription de Babylone interprété comme une référence à la comète de 1140 av. J.C. "Une comète apparut dont le corps était brillant comme le jour, pendant que de son corps lumineux une queue s'étendait, comme le dard d'un scorpion".
Note: "interprétée comme" est un minimum, puisque nous avons vu que la tablette ne décrit jamais qu'un bolide et ses présages. En fait les plus vieux documents semblant décrire une comète remontent au 7ème siècle avant notre ère, et sont chinois. Et encore, plusieurs d'entre eux semblent, eux aussi, décrire des bolides.
(John C Brandt; Robert D Chapman, Introduction to comets, Cambridge university presse, 2004, p 2)

21ème siècle, The Gallery of Natural Phenomena entérine la comète.
1140
Comet
Babylon
'…a comet arose whose body was bright like the day, while from its luminous body a tail extended, like the sting of a scorpion'. (19)
19. V. Clube & B. Napier. The Cosmic Serpent. Faber & Faber, 1972

1140
Comète
Babylonie
Une comète apparut dont le corps était brillant comme le jour, pendant que de son corps lumineux une queue s'étendait, comme le dard d'un scorpion.

Note: En bon "moine copiste, l'auteur cite la source la plus proche de lui, au lieu de citer la plus ancienne. Il est vrai que c'est une tablette cuneiforme.
The Gallery of Natural Phenomena

2015, à l'époque de la sonde Rosetta, la rumeur continue.

All most important about mission of Rosetta
From antiquity up to now
Comets belong to heavenly objects which can be seen with the naked eye and therefore they always caused a particular interest. These celestial bodies are described in many historical sources, and often by very colourful language." She shone a daylight and dragged for herself the tail similar to a sting of a scorpion", – ancient Babylonians about a comet of 1140 wrote B.C.

Tout le plus important sur la mission de Rosetta
De l'antiquité à nos jours
Les comètes appartiennent aux objets célestes qui peuvent être vus à l'oeil nu et elles ont donc toujours causé un intérêt particulier. Ces corps célestes sont décrits dans de nombreuses sources historiques, et souvent dans un langage très coloré. "Elle brillait d'une lumière du jour et traînait pour elle-même la queue semblable au dard d'un scorpion", - écrivaient les anciens Babyloniens à propos d'une comète de l'an 1140 av. J.C.

Note: C'est vraiment la plus mauvaise traduction que nous ayons vu. Il se pourrait qu'elle retraduise une traduction dans une autre langue de la traduction de Sayce.
(Science and Technology, 14/11/2015)

Analyse:
Voici une histoire bien plus intéressante au niveau de la sociologie qu'à celui de l'astronomie.
Au départ, une vieille tablette Chaldéenne, déchiffrable seulement par des spécialistes. Outre le fait décrit, il s'agit surtout de présages astrologiques, comme ce genre de tablette en contient souvent. Paul Couderc en cite un exemple curieux. « Si un halo entoure la Lune et que Jupiter se trouve à l'intérieur, le roi d'AKKAD sera assiégé - les animaux périront dans les campagnes.»
Bien sûr, ceci est absurde, car un halo est un phénomène local, mais nous laisse comprendre que les astrologues de l'époque donnaient une signification à des phénomènes célestes localement visible, comme l'est un bolide.
Or ici, la description d'une queue, d'un dard de scorpion, est incompatible avec la faible courbure de la queue d'une comète, mais correspond bien à l'enroulement en hélice que tend à subir la trainée rémanente d'un bolide. On peut donc conclure que le premier passage décrit bien un bolide, avec les présages associés. Le deuxième passage évoque lui aussi un bolide, à cause de la queue de scorpion, mais avec moins de certitude. Ce qui est sûr, c'est qu'il ne s'agit pas d'une comète.
Or pendant plus d'un siècle, et jusqu'à nos jours, des ouvrages qu'on aurait cru savants, on tous répété cette ânerie d'une comète observée en 1140 av. J.C.
Et c'est là qu'on voit la différence entre un "ouvrage savant" et un ouvrage scientifique. La connaissance scientifique est vérifiable, elle analyse les faits, en tenant compte de tout ce qui est disponible. La "rumeur savante" se contente de puiser dans un ouvrage prétendument savant, qui, lui même, etc...
L'article de W.T.Lynn, qui vérifiait l'histoire de la comète, en analysant les faits à la base, c'est dire, le déchiffrement de la tablette, était donc un article scientifique.
Par contre, tous les vulgarisateurs qui se sont recopiés les uns les autres à partir de Chambers, n'ont jamais fait que colporter une rumeur, une légende, en se comportant en moines copistes. Certains d'entre eux étaient pourtant des scientifique, mais ils n'étaient pas dans leur spécialité en parlant d'une tablette chaldéenne qu'ils auraient été bien incapables de déchiffrer. Ils ont tous succombé à la tentation sensationaliste, en présentant cette prétendue observation de comète, parce qu'elle était la plus ancienne connue. Malheureusement elle est tout aussi fausse que les prétendues observations du même siècle, comme celle de la guerre de Troie.

Dernière mise à jour: 06/02/2016 visites depuis le 30/05/2017
Accueil Paranormal OVNI Prodiges célestes